Yves Hélory de Kermartin,le Saint Patron Breton est fêté le 19 mai,jour de la fête nationale de la Bretagne.


 

http://www.deezer.com/embed/player?pid=35800336&ap=0&ln=fr&sl=1

Grand pardon de saint Yves à Tréguier le 16 mai 201

Yves Hélory de Kermartin,
le Saint Patron Breton est fêté le 19 mai,
jour de la fête nationale de la Bretagne.

A la Saint-Yves/Gouel Erwan, fêtons la Bretagne !

Le 3e dimanche de mai se déroule à Tréguier l’un des plus fervents pardons de Bretagne. La châsse contenant le crâne de Saint Yves, patron de Tréguier et des hommes de loi, et protecteur des pauvres, est portée en procession.

  

Monseigneur d’Ornellas, archevêque de Rennes, Dol et Saint Malo portant la Châsse de Saint Yves. la procession est toujours dirigée par un archevêque, voire un cardinal ou même par le primat des gaules. en dessous à Sainte Anne d’auray au mois de juillet, ou 10 000 personnes se rendent chaque année.  

 

Les crânes des saints étaient, exposés au grand jour dans des reliquaires, lorsque la paroisse avait ce privilège. On en trouve encore un bon nombre malgré les déprédations successives des guerres de religions et de la Révolution.

 

Dans le christianisme, chaque autel sur lequel la messe est dite contient une relique de saint.

   Au monastère Sainte-Catherine du Mont Sinaï, en Egypte, se trouvent des salles entières remplies, les unes de crânes, les autres de tibias et autres ossements, en nombre considérable.

  Mais les abus et excès en tout genre ne doivent pas faire oublier l’origine de ses cultes, aussi bien en Occident que dans le reste du monde. Lorsqu’un saint (chrétien), un swami (indien), un cheikh (musulman), un lama (tibétain), un ancêtre (africain)… avait atteint l’état appelé traditionnellement de saint, de jivan mukti, de Libéré Vivant, de Boddhisattva, etc., il émanait de lui, de son vivant, puis ensuite de sa tombe, une telle radiance, une telle énergie, que l’on venait, et que l’on continue à venir des siècles après en pèlerinage sur leur tombe, en reconnaissance pour les Enseignements et l’Exemple donnés, pour les guérisons accomplies, celles des âmes d’abord et celles des corps par conséquence.

Saint Yves, patron des juristes, magistrats, avocats, avoués et des professeurs de droit mais aussi des marins.
Les Barreaux de France et de l’étranger ont élu Saint Yves pour Patron, parce qu’il lui arrivait souvent de quitter son siège de Magistrat pour se faire l’avocat bénévole et éloquent des indigents. Yves prenait en mains, sans en être requis, la cause des faibles et des affligés : veuves, orphelins, indigents formaient sa clientèle.


Et il consacrait sa compétence exceptionnelle, son cœur et ses deniers à faire triompher leur bon droit contre toutes les puissances du temps. Même de son vivant, son renom de science et d’éloquence et surtout d’incomparable générosité a largement débordé les frontières de la Bretagne
Yves Hélori (ou Hélory) est né le 13 octobre 1253 au manoir de Kermartin, près de Tréguier. Son culte est toujours très vivace en Bretagne. Il s’est répandu dans toute l’Europe, jusqu’à Rome où une église lui est consacrée, en Espagne, en Allemagne, et aux Pays-Bas…

A RENNES, dans une des églises du centre ville a lieu le 19 mai tous les ans une messe solennelle où tous les hommes de loi viennent en tenue, qu’ils soient juges, procureurs, professeurs de droit ; la Chorale chante en breton le Cantique de Saint Yves pendant que tous viennent se recueillir auprès de la châsse qui contient le doigt de Saint Yves.


Traduction du cantique chanté lors de la procession:

  

Cantique e de Saint Yves et bannière montrée lors de la procession.

http://kevrenn.rochelle.free.fr/SPIP/IMG/pdf/Cantique_St_yves.pdf

  (partition)

http://kevrenn.rochelle.free.fr/SPIP/IMG/icones/mp3-dist.png (musique mp3)

Refrain :

Nann, n’eus ket e Breizh, nann, n’eus ket unan

Nann, n’eus ket ur sant, evel sant Erwan Nann, n’eus ket ur sant, evel sant Erwan

Non, il n’y a pas en Bretagne, non, il n’y en a pas un

Non, il n’y a pas un Saint tel que Saint-Yves.

  1. N’eus ket en Argoad, n’eus ket en Arvor, Koulz ha sant Erwan ‘vit an dud a vor (bis)

Il n’y a pas en Argoat ni en Arvor, Aussi bon que saint Yves pour les gens de la mer.

Il n’y a pas en Argoat, ni davantage en Armor,

Aussi bien que Saint-Yves pour les gens de la mer.

   

2. Nann, n’eus ket er vro, ‘vel ma lavarer, Hag a ve ken mat ‘vit al labourer

Non, il n’y a pas dans le pays, partout on le dit, Qui serait si bon pour le paysan.

Non, il n’y a pas dans le pays, comme on dit,

Qui soit aussi bon pour le paysan.

  3. N’eus ket kaeroc’h skouer d’an dud a lezenn Evit sant Erwan, skouer ar veleien

Il n’y a pas plus bel exemple pour les gens de loi Avec saint Yves, prêtre exemplaire

Il n’y a pas de meilleur exemple pour les gens de Loi / du Droit (1)

Que Saint-Yves, exemple pour les prêtres.

   

4. Et pour les malheureux pauvres et les gens en la peine,

Non, il n’y a pas meilleur que Saint-Yves

  5. Il n’y a pas de chapelle où l’on prie

Avec plus de cœur qu’au Minihi (2).

  6. Si tu veux réaliser ton désir (vœu, projet, …),

Prie Saint-Yves, et prie bien !

  7. Qu’il est bon de prier, quand il y a de la peine (du chagrin),

Là où priaient les saints bénis !

  8. Qu’il est beau de fouler la sainte terre

Autrefois foulée par les Saints de Basse-Bretagne !

  9. (Rendant sa vie exemplaire pour tous),

Vivons comme lui, nous n’irons pas à notre perte (nous n’échouerons pas).

  10. Il plaît (fait plaisir) au Grand Saint quiconque pense

Qu’il doit aller s’agenouiller sur sa tombe.

  11. Allons donc, Chrétiens, jusqu’à Landreger,

Et nous ne perdrons pas, à coup sûr, notre temps.

  12. Evel hon Tadoù, int, tud a gredenn, Lavaromp d’ar Sant, ‘n ur gaer a bedenn :

Comme nos ancêtres l’étaient, croyants, Parlons au saint, celui-la est un bon prieur

Comme nos pères, eux, hommes de foi,

Disons au Saint, dans une belle prière :

   

13. Aotrou Sant Erwan, Patron Breizh-Izel, Bezañ treitour deoc’h, nann, kentoc’h mervel

Seigneur (Monsieur, Patron) Saint-Yves, patron de la Basse-Bretagne,

Te trahir, non, plutôt mourir !

Kantik Sant Erwan Cantique de Saint

(1) Saint-Yves est le saint patron du Droit : cf le Pardon de Saint-Yves à Tréguier.

(2) Le Minihi-Landreger : c’est sur la terre de cette paroisse, au Manoir Kervarzin (< Ker-Marzin) que naquit Saint-Yves, en 1253.
Yves Hélory (ou Héloury) est né au milieu du XIIIe siècle dans une famille noble au manoir de Kermartin sur la paroisse de Minihy-Tréguier. À l’âge d’environ 14 ans, il part étudier à Paris, accompagné de son précepteur Jean de Kergoz (Kerc’hoz). Il y fait ses humanités, suivant des cours de théologie probablement à la Sorbonne.
Ces premières études achevées il étudie le droit à l’université d’Orléans dont la faculté est réputée à travers toute l’Europe. Dès cette époque, il se fait remarquer par sa vie de privation en faveur des pauvres. Ses études achevées, il revient travailler en Bretagne à Rennes dans un premier temps, où il devient conseiller juridique du diocèse.
L’évêque de Tréguier remarque ses talents et le presse de revenir à Tréguier. En 1284, l’évêque de Tréguier le nomme official, l’ordonne prêtre et lui confie successivement les paroisses de Trédrez et de Louannec, proches des terres de son enfance.
Saint Yves fut longtemps juge ecclésiastique.

Saint Yves acquit ici une réputation d’intégrité et de bonté qui attira des foules énormes. Il recueillait malades et mendiants dans sa propre maison, s’imposait 3 jours de jeûne par semaine, dormait avec une grosse pierre en guise d’oreiller.

Il mourut épuisé, le 19 mai 1303. Considéré comme le patron des hommes de loi et le protecteur des pauvres.

Il étonne ses paroissiens en célébrant la messe en breton, alors que ses prédécesseurs le faisaient en latin. Il prêche également la bonne parole en se déplaçant à travers la Bretagne comme prédicateur itinérant. Les gens l’apprécient pour sa façon de rendre la justice, il est réputé pour son sens de l’équité qui lui interdit de privilégier le riche sur le pauvre, pratique alors courante.

On lui prête également des miracles comme d’avoir sauvé des gens de la noyade. Après une vie d’ascèse et de partage, il ne mangeait que deux œufs par an le jour de Pâques et tenait table ouverte pour les pauvres en son manoir, Yves Hélory s’éteint le 19 mai 1303. Ses obsèques à la cathédrale de Tréguier sont l’objet d’un faste et d’une ferveur populaire extraordinaire ; pour tous, il devient le " mirouër des ecclésiastiques, advocat et père des pauvres, vefves et orphelin’ ".


Tombeau de saint Yves dans la Cathédrale de Tréguier (Côtes d’Armor) 
Moins de 50 ans après sa mort, en 1347, le pape Clément VI lui accorde la sainteté. Son culte, resté très vivace en Bretagne, s’est répandu dans toute l’Europe, jusqu’à Rome où une église lui est consacrée dans l’enceinte de l’Université de la Sapienza (Sant’Ivo dei Bretoni, Saint-Yves des Bretons), en Espagne, en Allemagne, et aux Pays-Bas.
 Il est le saint patron de toutes les professions de justice et de droit, notamment celle des avocats. Chaque 19 mai, à Tréguier (Côtes d’Armor), une délégation de ces professions accompagne le pardon à saint Yves qui est une des grandes fêtes religieuses bretonnes, au même titre que le pardon de Sainte-Anne-d’Auray.

Bannière de Saint Yves.
 Nombreux sont les histoires, anecdotes et témoignages qui viennent conforter cette image du saint. Et, dans le fond, peu importe qu’elles soient authentiques ou qu’elles aient été enjolivées par le temps, ou bien même qu’elles ne soient que pures légendes ! Ce qui est étonnant, c’est la ferveur populaire d’un homme qui est devenu, déjà de son vivant, une icône, l’image d’un père humble et protecteur pour le peuple du Trégor, et le peuple du duché de Bretagne. Et cette ferveur semble ne pas vouloir s’éteindre. Le Pardon de Tréguier (procession religieuse pour la fête du saint) rassemble chaque année des milliers de personnes. Saint Yves reste le saint le plus populaire parmi les saints bretons, et le jour de sa fête est progressivement en train d’émerger comme le jour d’une « fête nationale », à l’instar de la Saint Patrick pour les irlandais, avec des défilés, des concerts et des fêtes dans de plusieurs grandes villes.

http://www.infobretagne.com/canonisation-saint-yves.htm

Cette année, la Région donnera plus d’ampleur au dispositif de communication et propose notamment un portail Internet qui recensera tous les événements organisés à l’occasion de la Saint-Yves en Bretagne et dans le monde. L’objectif est d’inscrire ce rendez-vous annuel dans le calendrier de tous les Bretons et de mettre en valeur le potentiel de créativité et d’innovation de la Bretagne dans tous les domaines. Du 14 au 24 mai, joignez vous à la fête !
Site Saint-Yves/Gouel Erwan
: http://www.saintyves-gouelerwan.com

 

Cyber Fest Noz N°12 – samedi 22  mai 2010 

Publicités

Publié 15 mai 2010 par korriganebleue35 dans Fêtes et traditions

%d blogueurs aiment cette page :