Un bien triste épilogue….


Et voilà le triste épilogue…

Le principe de Peters dit que l’on est placé à son niveau d’incompétence. Depuis l’Euro on sait ce que ça peut donner. Certains préconisent même de choisir les cadres au hasard pour diriger les entreprises…Là on a vu le plus haut niveau, et même si le nouveau sélectionneur a un projet il lui faut être soutenu…

La préparation au rabais, l’arrogance et le manque de niaque de nos footballeurs ont fait qu’ils ont perdu. Tous les supporters qui ont épargné longtemps et se sont déplacés pour les encourager et claironner leur enthousiasme en faisant bourdonner leur vuvuzela ont été pour leurs frais. On a vu ce que ça a donné contre le Mexique, qui était vraiment encouragés. Les egos surdimensionnés de certains qui ont même refusé de jouer leur dernier match, malgré le sermon de noter Roselyne nationale n’y ont rien fait. S’ils avaient été payés aux résultats, ils auraient marqué, ils auraient joué, ça c’est sûr !!!!On a bien vu ça contre le Mexique ou ils se sont fait promener et où ils ont fait le minimum syndical comme si ils étaient en vacances….le respect de l’entraîneur, des autres, c’était en option, et le nouveau sélectionneur va avoir fort à faire pour remettre les choses en place. Mais c’est la nouvelle vague ; on ne dit plus agriculteur mais « casse-toi pov’con », plus femme de ménage mais « technicienne de surface », plus postier mais « préposé au courrier », et le reste à suivre. On veut paraître plus, mais le fric ne donne pas l’éducation et une caillera des cités ne parle pas naturellement avec des conjugaisons bien tournées, et une demoiselle de petite vertu le reste malgré son tailleur avec le double C et son parfum N°5 qu’elle a mis en excès. Jadis les joueurs avaient plus de classe et ne défrayaient pas la chronique avec leur vie dissolue et ne se qualifiaient pas à un mondial avec une main, fût-ce telle divine…il est sûr que « le repos du guerrier » fatigue plus que le sport. Aucune contrition, certains ont même dit qu’on leur avait empêché de parler ; même l’entraîneur ne dit rien, et comme d’habitude : « c’est la faute à Voltaire, c’est la faute à Rousseau ! » c’est toujours les autres…

Le capitaine a fait quelques excuses, a dit qu’ils n’accepteraient pas leur primes, ce qui ne va pas bouleverser leur vie, mais ils font dodo encore cette nuit dans leur palace de luxe, le président Escalettes s’accroche à son poste, et nous allons rester dans le caniveau et être la risée de la terre entière…Malgré le sermon de notre Roselyne nationale qui, pour une fois s’était mise en noir.

J’espère que ceux qui habitent près de l’aéroport où ils vont revenir seront là avec des vuvuzelas pour leur en mettre plein les oreilles…

Publicités

Publié 22 juin 2010 par korriganebleue35 dans Divertissements

%d blogueurs aiment cette page :