la Gacilly, le labyrinthe ….


Une des parties les plus intéressantes de La Gacilly, est le labyrinthe végétal, qui est à côté de ce qui fut le Végétarium qui est maintenant remplacé par le café, la boutique et un point de rencontre. Différents végétaux y sont exposés, et il y a un labyrinthe où l’on rencontre différentes photos de peuples multiples et variés. Cette année ce sont les peuples indiens qui sont en vedette ainsi que des lieux sauvages menacés.

 

Nous avons des photographies monumentales, qui sont mises à côté de proverbes de différents tribus indiennes. il y a aussi des arbres magnifiques, certains entourés de toiles d’araignées qui donnent des jeux de lumières tout à fait saisissants. Cette fois-ci je n’avais pas oublié mon appareil photo. L’avantage du numérique est que l’on peut mitrailler sans scrupule, puis trier ensuite pour séparer le bon grain de l’ivraie et ne garder donc que les meilleures.

Il y avait de nombreux curieux dans les galeries d’art, mais, d’après ce que nous ont dit les artisans, peu d’acheteurs car la crise est passée par là…Les seuls qui s’en tirent bien sont les bistrotiers car il faut bien boire un coup….

En sortant du labyrinthe il y avait des photos de Papouasie pour l’essentiel, avec de magnifiques couleurs. Je ne crois pas qu’ils aient fait de dissections, mais leurs connaissances anatomiques sont impressionnantes…

Quelque chose m’a surpris tout de même : la rivière, dont le lit était rempli d’habitude, se trouvait partiellement vide, et sur ses bords des croûtes de sécheresses comme en Afrique.

Il y avait beaucoup de monde sur le pont, au sens propre comme au figuré, et il n’était pas facile de voir les bords de la rivière. J’ai profité de l’occasion pour revoir des parties trop vite vues la dernière fois et cadrer certains arbres remarquables tels le Sophora de Marie-Antoinette ou le tilleul de Domremy (pour ceux qui ne connaîtraient pas ce village est celui où est né Jeanne d’Arc, et pour moi cela représente une partie de mon enfance où je faisais partie des Jeannettes, comme beaucoup de jeunes à cette époque-là).

J’ai pu aussi revoir ces femmes d’Afrique et en particulier celles qui ont les cercles autour du cou, qui ont servi de modèle pour le parfum bien connu j’adore et pour la sorcière de Kirikou.(animation bien connue des enfants). Certaines photos sont légèrement de guingois du fait qu’il y avait beaucoup de visiteurs et que j’avais même des difficultés pour le cadrage..

Au retour j’ai bien aimé certaines petites rues fleuries et les statues dans la rue, le seul problème c’est le monde…

Malheureusement les meilleures choses ont une fin et nous dûmes rentrer, fatigués mais ravis…Une heure et demi de route nous attendait car il y avait des travaux….

Publicités

Publié 14 août 2010 par korriganebleue35 dans Non classé

%d blogueurs aiment cette page :