Visite du scriptorial d’Avranches.


avranches1649

tableau de la ville au XVII° Siècle.

Le Scriptorial d’Avranches : les manuscrits du Mont Saint Michel montrés et

expliqués. 

Nous avons fait un peu de route hier pour aller visiter le scriptorial. Je suis une passionnée de calligraphie et je ne voulais pas rater cela. J’ai d’ailleurs une copie du manuscrits de Kells que j’ai eu au comptoir Irlandais, à l’époque ils ne devaient pasvraiment mesurer combien cela devait coûter, mais je ne regrette rien. Voici une image de ce manuscrit :

4evangelists  

Un mélange de vielles pierres (nous sommes dans la partie médiévale d’Avranches) et de verre et de béton pour un parcours lumineux sur deux étages, le Scriptorial d’Avranches (Manche) fait partie de ces heureuses initiatives qui complétent utilement la visite d’un monument historique comme le Mont Saint Michel.

 La Ville d’Avranches est en effet, depuis 1791, l’heureuse dépositaire des manuscrits du Mont.  Ils sont conservés dans une vaste bibliothèque de la Mairie et se retrouvent exposés à tour de rôle dans un espace en rotonde aux lumières tamisées dans le Scriptorial tout proche. C’est la partie « présentation des manuscrits » du Scriptorial dont l’essentiel est consacré à l’histoire du Mont et à la façon dont les moines l’ont contée au fil de siècles.

Derrière la Mairie, les restes du donjon et des remparts de la ville.  C’est le lieu qui a été choisi pour y établir ce musée pas comme les autres, de forme triangulaire comme le Mont mais à l’horizontale. Un cheminement en pente douce nous amène au premier niveau, celui de la géographie et de l’Histoire. Un descriptif sur l’histoire du mont, des manuscrits, avec des bornes interactives.Ci-dessous le rayon calligraphie. 

2-3667-G3749

 Les manuscrits racontent leur histoire: 

En quelle année fut construit le Mont-Saint-Michel ? Pourquoi Avranches fut l’héritière de ses manuscrits et comment sont-ils parvenus jusqu’à nous ? Autant de questions et bien d’autres dont les réponses sont dévoilées tout au long de la visite. Le Scriptorial invite à un voyage dans le passé, avec pour point de départ l’histoire d’Avranches et du Mont. 

D’où vient la Baie du Mont St Michel ?  D’un tsunami qui aurait noyé les forêts de la côte comme l’affirment certaines légendes ? Ou plutôt d’une montée progressive du niveau de la mer qui aurait envahi la forêt de Sessiac qui occupait le lieu ? On a retrouvé des troncs d’arbres fossilisés dans la Baie et au début du IXème siècle, un moine conte la lente montée des eaux qui transforme 2 monts en îles….

IMG_5858-Baie avant raz de marée en 709

La mer et les vents ont donc modelé les espaces, l’eau et le sable se sont installés autour du Mont Tombe et du petit Tombelaine, qui ne se visite pas (réserve ornithologique). Ces noms viennent du mot Tum, abréviation de Tumulus désignant une hauteur naturelle ou artificielle.Nous voyons aussi les différentes étapes de construction du mont grâce à des maquettes, et une collection de statues magnifiques en bois polychrome de l’époque médiévale.les photos sont cherchées sur Internet car il est défendu d’en prendre….. 

IMG_5866-StJeanBaptiste-16°s IMG_5861-Education Vierge-16°s 3412396458_430dd68d4a_m IMG_5868

Tout cela est expliqué au début du parcours du Scriptorial.  On y apprend aussi qu’Aubert, évêque d’Avranches, aurait reçu par trois fois la visite de Saint Michel pendant son sommeil.  L’Archange lui enjoignait de construire un sanctuaire au sommet du Mont Tombe. Pour mieux faire comprendre à Aubert qu’il ne plaisantait pas, Saint Michel, lors de sa 3ème visite, aurait appuyé un doigt sur le crane de l’évêque, ce qui lui aurait fait un trou.  Un modelage du crâne (l’original est conservé à l’église Saint-Gervais de la même ville) montre bien qu’en ces temps-là les archanges ne rigolaient pas avec les évêques…Ci-dessous une copie du reliquaire de l’évêque…..

Picture 468 IMG_5865CraneEvequeAubert-Moulage

Le niveau suivant, atteint presque sans s’en rendre compte tant la pente est douce, amène à la façon dont les moines de Saint Michel ont conçu leurs manuscrits, quels supports (parchemin surtout), quelles techniques d’écriture et d’illustration, quelles encres, ont été utilisés et pour quels contenus.Voici un exemple de manuscrit qui date du milieu du 11ème siècle.  Il s’agit d’un argumentaire de Saint Augustin « Contre Faustus » qui débute par la lettre F (comme Faustus).

Manuscrit-B250025_MS090_F002

  Cette initiale est dite végétale et habitée .Plus loin, le visiteur découvre des recettes originales et mystérieuses liées à la fabrication des parchemins et à la préparation des encres et des pigments… Il sera surpris puis conquis par la qualité et laL précision, avec lesquelles ont été réalisées les enluminures et les calligraphies.

manuscrit 1 10-Manuscrit-du-Mont_lightbox

Les écritures utilisées sont : l’onciale, la caroline et la gothique primitive. Une passerelle

conduit à la salle du Trésor où une quinzaine de parchemins   faiblement éclairés pour ne

pas en altérer la qualité sont présentés, en alternance, tous les 3 mois. La Ville d’Avranches

en possède quelque 200 !

Un dispositif baptisé « Corpus » permet de visualiser sur écran des collections entières de

documents numérisés en haute définition.

 On passe ainsi du manuscrit au livre électronique.

scriptorial

01 

À propos des manuscrits

C’est en tant que chef-lieu de district qu’Avranches reçut en 1791 la garde d’un « dépôt littéraire » de plus de 4 000 volumes provenant du monastère du Mont Saint-Michel. Parmi ces volumes, quelques 200 manuscrits datant pour certains du IXe siècle font aujourd’hui la renommée d’Avranches. Ils sont la mémoire spirituelle, intellectuelle et artistique de la communauté bénédictine. Source inépuisable d’informations, on y trouve des chroniques, de grands textes de l’Antiquité et du Moyen Âge, des traités de droit romain et canonique, de musique, d’astronomie, de médecine, de comput (calcul du temps liturgique), des sermons, des vies de saints, des florilèges …

pré caroline 2 001 gothique textura copie Capitales gothique primitive onciale rudel

Ci-dessus, graduel. Arts libéraux, textes sacrés et sciences profanes s’y côtoient.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :