Le débarquement au piano….


Steinway-Victory-Vertical

Il y a 70 ans, les « G.I pianos » débarquaient eux aussi. 

Destinés à soutenir le moral des troupes et à distraire les soldats américains,  près de 2500 pianos « Victory » ont été fabriqués pendant la seconde guerre mondiale ; certains d’entre eux ont été parachutés en Normandie dans les journées suivant le débarquement. 

La firme américaine bien connue de fabricants de pianos fabriquait pendant la guerre des planeurs, et avait reçu de l’armée une commande de pianos. Le président de la firme à l’époque avait de nombreux membres de sa famille partis sur le terrain ; la première commande  datait de juin 43 et comportait 405 instruments. Ces pianos étaients prévus pour être solides car ils devaient être parachutés avec un pack de partitions et un kit d’outils pour les accorder. Ces pianos faisaient 250 kilos et étaient portés par quatre hommes. Ils ont été parachutés dans les terres Pacifiques, en Europe et même en Afrique. Chaque corps d’armée avait sa couleur de piano, les officiers avaient la leur.Les techniques de facture étaient légèrement modifiées par rapport à un piano classique, et ils avaient même prévu un pupitre pour mettre les partitions. De plus ils bénéficiant des progrès de la firme Steinway pour ne pas la nommer. Des grands musiciens de jazz qui étaient sur les terrains d’opérations pouvaient ainsi improviser à loisir et composer, ce qui facilita l’introduction du jazz à la libération. Après la guerre certains de ces pianos sont restés dans les casernes de troupes américaines, d’autres ont été conservés dans les musées tel le mémorial de la Paix à Caen.

(résumé d’un article de la revue « pianiste » à laquelle je suis abonnée)

%d blogueurs aiment cette page :