L’automne


L’automne est pour moi session de mélancolie, de spleen. Même si c’est joli les feuilles rouges et jaunes qui font un tapis sur le sol et qui offrent aux urgences leur lot habituel de poignets cassés. Il y a des jours où le brouillard est si dense que je ne vois pas l’immeuble d’en face, ce qui n’est pas bon pour mon asthme non plus. Dieu merci, il y a la musique, nous avons eu deux concerts de musique baroque dont un dans une petite chapelle où il n’y avait même pas l’électricité. J’ai repris dans ma nouvelle chorale et les gens m’ont manifesté leur contentement de me voir. Avant c’était différent, parce que à 60 c’est plus difficile que 30. Mais le répertoire n’est pas le même, c’est un niveau plus haut en plus car presque tout le monde ou presque déchiffre à vue. On peut ainsi prendre du temps pour l’interprétation, un peu comme quand au primaire on apprenait une récitation, une fois que le texte est su, il faut faire les nuances, plus fort, moins fort, faire des modulations, dans le baroque il y en a pas mal et il faut les faire d’une certaine façon sinon c’est la cacophonie. 

En ce moment je suis arrêtée car je fais une tendinite des genoux et des hanches. Je les sollicite beaucoup à mon travail, du coup ils protestent….Je vais avoir de la kiné, une consultation chez un rhumatologue est prévue. Dieu merci, il n’y a pas d’arthrose sur les radios. Et je suis bien contente de ne pas bosser parce qu’en ce moment l’ambiance est mauvaise pour cause de surcharge de travail. Mon chéri est adorable, il est allé à son atelier et m’a cueilli des roses qui ornent la table de ma salle. Même si c’est Bagdad, les fleurs égaient un peu. Question poids j’ai baissé, mais il y a encore  à faire. Les chats sont des amours, j’ai mes séances de ronronthérapie, surtout Phoebus il peut ronronner pendant une heure sans que je ne le touche, rien que d’être à côté de moi sur une chaise…..

Ma grande fille, Gwendoline (perle blanche en breton, 25 ans) a enfin un boulot, et il est fort probable qu’elle passe en CDI au mois de décembre. La plus jeune (Clémence, 20 ans) entame sa troisième année de licence option éthologie pour devenir comportementaliste animalier, vous savez, ceux dont les chiens et chats commandent les maîtres. Nous les nôtres ne commandent pas mais ils sont bien traités et la véto a dit que la « cantine était généreuse », ils ont donc un peu moins de croquettes depuis leur dernière visite.

Je travaille en ce moment les deux morceaux que vous avez ici, j’ai commencé par le deuxième qui est presque fini, et je suis à la première page , qui comporte des difficultés à la main gauche (deuxième ligne dans chacun des systèmes). Pour ceux qui ne connaissent pas la musique, on appelle un système deux ou trois lignes groupées par une accolade. Au piano il y a donc deux lignes, la haute étant la main droite en clé de sol qui joue sur la partie droite du clavier, la basse étant en clé de fa et représentant la main gauche et la gauche du clavier. Chez Debussy, outre les décorations il y a beaucoup de modulations, c’est un musicien impressionniste qui veut donner certaines couleurs. En peinture à cette époque là, c’était le temps des impressionnistes. Parfois il donne même des consignes telle que « marche sur un sol gelé, triste et lent,…. ». Celui de dessous c’est la période romantique, mais c’est plus technique, ce qui en fait le charme et le fait que l’on soit plus concentré dessus ce qui permet de penser qu’à la partition, il faut aussi donner de la couleur, des contrastes entre les différentes parties. Par contre je ne le joue pas aussi rapidement que Lang Lang. Ma nouvelle professeur de piano est roumaine, et elle fait plutôt coach que professeur, et elle m’encourage quand je fais bien. Avec l’autre je me sentais un peu comme une gamine du conservatoire. De plus elle était à fond pour le métronome, alors que pas moi, et en plus ça énerve toute la famille. 

Samedi 26, j’aurai 60 ans, et je vais faire chez moi un petit concert, ma prof jouera un morceau, moi un autre, et elle m’accompagnera au chant. Peut-être ferons nous un quatre mains. J’ai invité quelques très chères ou anciennes collègues, nous serons une dizaine. 

 

 

Publié 15 novembre 2016 par korriganebleue35 dans Musique, Vie quotidienne

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :