Archives de la catégorie ‘essais

Poésie


En ce moment j’ai quelques soucis de santé qui me tiennent loin du clavier ; je me suis cassée le haut de l’épaule et du coup je ne peux même pas faire du piano !! Je délègue une partie de l’intendance à mes filles et à mon chéri.

Cette année nous avons une nouvelle Chef de choeur dans la chorale symphonique, qui, tout en étant sympa nous fait bien travailler. Elle est très méticuleuse et nous fait répéter plusieurs fois si elle trouve que ce n’est pas comme elle veut. Voici le début du morceau, le Magnificat de John RUTTER.

Je vous joins aussi un petit poème inspiré par un lai de Christine de Pisan au XVI° Siècle. Je l’ai composé il y’a pas mal de temps, une dizaine d’années, maintenant je me forme au haïku, poèmes à la japonaise en trois vers qui doit avoir une métrique précise. Je l’ai colorié et scanné. Je l’ai agrandi un peu pour que les lettres soient plus visibles. Bonne lecture…

La fille qui n'a point d'ami.

Publié 11 octobre 2015 par korriganebleue35 dans essais, Mes poèmes...

Tag(s) associé(s) : , ,

Suite du concours….


La neige virevolte comme des papillons blancs, aussi

j’ai pensé à vous faire

écouter ceux de Massenet, qui sont rarement écoutés…

Il existe une version

pour piano seule que j’aimerais bien travailler….

12_00

Voici la deuxième partie du concours…

TABLEAUX :

 

12_00

 

TEXTES DECORES (textes ci-dessous):

Noël Blanc

Neige%20laine[1]

 Colette ci-dessus. 

                         Reg! Ci-dessus.  

 

12_00

TEXTES :

Humblement, il apparaît,

Inondant de ses larmes, la terre.

Vents et froid suivent de près,

Enneigeant montagnes et plaines.

Roi de neige et de pluie…

C’est l’Hiver

Mandrine.

H_ors de mon logis, ce matin, tout y est bien joli !

I _vresse de joie, devant cette blancheur intense, tout y est

silence !

V _  ite, allons respirer cet air pur, allons marcher dans cette

poudreuse si légère et fraîche !

E _n mettant des raquettes à nos pieds, nos bonnets et nos

cache-nez, allons façonner un bonhomme de neige !

R_ igolo avec son chapeau, son écharpe et sa carotte sur le nez !

Reg ! écrit le 18 janvier 2013 à 23h00

12_00

Les miens , illustré ci-dessus (avec une vue du Mont

Saint Michel sous la neige et d’un Vanneau Huppé, janvier 2010 ) :

Neige laine

Sur la plaine

Il floconne

Il glaçonne.

Ciel Gris souris

Gris Tapis.

Les pas glissent

Et cela crisse.

Cristaux Brillants

Comme diamants.

Froid glacial

Lumière spéciale.

La pie sautille

Pour quelque brindille

Et cherche quelque ver

De terre.

Neige laine

Sur la plaine

Il floconne

Et le ciel moutonne

Et un sur Noël Blanc, illustré il y a longtemps :

NOEL BLANC

Elle est venue cette nuit

Etaler son manteau blanc

Et dans ce matin luit

Comme du sable blanc.

ꂖૐꂖ

Malgré le froid et le vent du Nord

Les enfants tout réjouis

Mettent le nez dehors

Et font des bonds de marsupilamis.

ꂖૐꂖ

Le vent nous serre le visage

Les animaux se cachent

Et attendent que cette page

De l’année se détache.

ꂖૐꂖ

Déguisés dans nos manteaux

Frigorifiés malgré des épaisseurs

Multiples nous allons par monts et vaux

En bons consommateurs.

ꂖૐꂖ

Le manteau blanc crisse

Et réduit nos pas lourds au silence.

Les voitures glissent

Et font des pas de danse

Pour éviter la glisse.

ꂖૐꂖ

Les pas crissent sur le sol

Délicieuse musique

Qui met un bémol

A notre démarche frénétique…

ꂖૐꂖ

Nous pouvons alors entendre

Quelque corneille poussive

Qui fait sa faim entendre

Nos pensées alors dérivent.

ꂖૐꂖ

Noel s’approche et nous cherchons

A faire plaisir et charmer

Ceux que nous aimons

Nous marchons dans la ville illuminée.

ꂖૐꂖ

Et pourtant, tout cela pour un petit

Né dans une étale sur de la paille

Qui ne demande qu’à être accueilli

Dans notre coeur. Et nous faisons ripaille

ꂖૐꂖ

Pour fêter cela alors qu’il vient

Pour un autre monde

Mais pour l’instant rien

Ne vient de ce nouveau monde

ꂖૐꂖ

Qu’il a promis. L’horizon

Blanc interminable

Luit comme du sable

Et met en notre coeur une chanson.

ꂖૐꂖ

Noël, noël espoir de la paix

Vivons en frères

Plus de guerre

Acceptons de Dieu la paix…

ꂖૐꂖ

                          18/12/2009.

31792_1495013893262_1171512655_31377626_7653281_n

Amitiés

 

12_00

 

 

Atelier Mamie Mandrine…..


Ce jour – là le soleil avait fait timidement son apparition, après des jours de

crachin et de pluie. Finalement le temps s’était refroidi et il avait neigé, une bonne

couche de neige recouvrait sa chère forêt.

“ Un front froid glacial était descendu de Mongolie, et rendait, ce jour-là, le ciel

aussi froid et lourd que son âme…”

Il s’était chaudement emmitouflé, et, malgré tout était transi de froid après un

petit quart d’heure de marche. Son médecin lui avait bien recommandé de faire ces

promenades tous les jours, pour chasser sa tristesse, car depuis qu’il était veuf, il

n’avait plus goût à rien. Finalement, il était sorti avec son chien, un énorme

Léonberg, qui, une fois dressé sur ses pattes était presque aussi haut que lui.

Ce chien était un bon gardien et était très proche de son maître, ce dernier ne

risquait pas d’être importuné dans la forêt qui était immense et où l’on pouvait

rencontrer des gens bizarres, des animaux de toutes sortes, en particulier des

sangliers.Malgré le léger brouillard, le chien trouvait son chemin et ils ne risquaient

pas de se perdre, car ils l’empruntaient régulièrement. Tout à coup l’attention du

chien fut stimulée par un bruissement d’ailes qu’il n’avait pas l’habitude d’entendre.

Qu’est ce que cela pouvait être ? Il faisait trop froid pour que les oiseaux ne

sortent, même si il prenait le soin avec des amis de remplir des maisonnettes pour

ses amis ailés, qui se pressaient à chaque fois. Non, c’était une créature bizarre,

qu’ils n’avaient jamais vue auparavant. Vêtue d’une robe bleue foncée, avec une

sorte de boule en cristal dans ses mains, à moins que ce ne soit une pyramide, il ne

savait pas trop. Le front ridé, des yeux d’un bleu acier, des longs cheveux blancs,

entourés de lumière, il avait l’impression de voir un visage connu mais ne savait qui

c’était…Le chien était cloué au sol, interdit, puis se mit en position assise,

attendant les ordres qui ne vinrent pas. La créature se posa et commença à

discourir avec le maître dans un langage compris d’aux seuls, puis, après lui avoir

dit de n’en parler à personne, de revenir le lendemain au même endroit à la même

heure, disparut. Le froid ne lui parut pas, ils étaient enveloppés d’une chaleur quasi

surnaturelle. Le chemin du retour était vite parcouru, car la nuit commençait à

tomber, domaine des korrigans et autres poulpiquets, qu’il ne s’agissait pas de

rencontrer.Et puis la neige s’était remise à tomber. Ainsi commença une drôle de

série, qui faisait que le maître ne rechignait plus à mettre les pieds dehors par

tous les temps, dans la curiosité de la rencontre…   

Pour Néo, Chanson d’automne


Petit délire d’automne, à vos risques et périls…Et puisque Néo veut une image, voici la mienne….

♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜

Il était une fois donc un concours ordinaire

Mais en automne tout devient extraordinaire.

Mes pas crissent sur les feuilles mortes couleur rouille

Une odeur de sous-bois flotte dans l’air, je bafouille

Cherche mes mots. La forêt a parure de beauté.

J’entends au loin des anciens cantiques, airs d’éternité.

Tout en regardant ce paysage idyllique,

Ces feuilles qui tombent, deviens mélancolique.

♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜

Un air de Toussaint flotte, le glas au loin sonne,

Messe de souvenir, les mémoires résonnent.

♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜

Nous voyons des sorcières, l’Ankou encapuchonnés.

Voici les enfants fêter Halloween, venant sonner

A nos portes en quête de quelques friandises.

Dans un épais brouillard le chat noir fait des vocalises.

Dehors il crachine, et il bruine, tombe la nuit.

En parcours sur le sentier, des chants déchirent la nuit.

Ils se rendent comme un seul vers le cimetière..

♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜

Voici donc de l’automne ma petite bafouille

En lisant ne me transformera pas en citrouille

Du moins espère mon petit délire va te plaire

Seul petit délire pour concours ordinaire…

♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜♫♯♫〜

Vous allez penser que je suis fêlée de la mansarde mais c’est l’inspiration de l’automne…Je ne suis pas très présente car j’ai des gros soucis, dont de santé. Il est question que je passe un scanner bientôt….

 

 

Publié 20 octobre 2012 par korriganebleue35 dans essais, Mes poèmes...

Pour Ghislaine, avec des OUI…C’est L’automne.


C’est l’automne. Vient le temps des CITROUILLES et d’halloween où des petites

FRIPOUILLES viennent toquer à nos portes…Comme d’habitude le temps est en harmonie

avec un BROUILLARD à couper au couteau où tu n’y vois que COUIC… La pluie les

MOUILLE mais cela ne les empêche pas de faire leurs PATROUILLES et de partir en

VADROUILLE.

Tous ces enfants réclament des friandises et sinon nous aurons des CARABISTOUILLES !!! 

Maintenant je ne défile plus et reste à la maison dans ma DOUILLETTE car il fait froid. Je leur

ouvre et ne me dégonfle pas, leur propose un quizz sur les traditions celtiques avec des

récits qui leur fichent la TROUILLE…Mon discours est bien rodé, je ne BAFOUILLE pas et

tous ces PEDZOUILLES ne me distraient pas …J’avais GRIBOUILLE deux ou trois choses

importantes sur mon papier qui n’est pas du BROUILLON pour ne pas oublier l’important.

Ils n’ont pas des BOUILLES patibulaires et voudraient croire que nous avons peur !!!

Juste un a un petit air CHAFOUIN, il s’est déguisé en magicien, mais il a des fausses bestioles

dans ses cheveux qui lui donnent un air un peu POUILLEUX.Il a un chapeau noir pointu sur

lequel il y a des étoiles bleues avec à certains endroits des faux cheveux bleu acier qui

PENDOUILLENT.

Un OUISTITI en peluche sur son épaule pousse des cris si on lui appuie dessus. Je leur

raconte des histoires de sorcières avec des chaudrons où GROUILLENT avant que de

BOUILLIR des crapauds bien baveux et de la BOUILLABAISSE d’insectes divers et variés…

Cela GARGOUILLE et sera bientôt à point.

Je me suis déguisée en Ankou et leur dit qu’une bonne réponse et c’est un salidou, la

mauvaise réponse l’Ankou prendra la faux pour les ZIGOUILLER…

Mais la mienne est en plastique….A moins que la sorcière noire ne les attrape et ne les mette

au COURT-BOUILLON dans son chaudron comme des vulgaires poissons…Ils poussent des

petits cris à mes histoires comme si le diable leur avait fait des PAPOUILLES …

Mon chéri me dit qu’avec tout mon déguisement j’ai l’air d’une véritable ANDOUILLE.

Je leur propose de boire une BOUILLIE verte en leur disant que c’est de la bave de

crapaud, alors que ce n’est que du jus de kiwi. Ils n’osent pas dire non de peur d’être

considérés comme des TROUILLARDS.

Je FOUILLE dans une pochette pour donner la récompense tant attendue. ..Ils ne

rentrent jamais BREDOUILLES mais riches de connaissance, eux qui ne sont pas d’ici

pour la plupart. Certains viennent de chez les BEDOUINS .Ils sont plus habitués aux

MECHOUIS, à la RATATOUILLE, à manger dans des BOUIS- BOUIS que dans des

préaux pour des banquets bien de chez nous. Mais personne ne s’est EVANOUI,

nous avons tous bien ri….

Publié 16 septembre 2012 par korriganebleue35 dans Ateliers divers, essais, Mes poèmes...

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Jeux de vilains….Pour Manik…


Erotisme un peu particulier….

MOTS IMPOSES : AIMER DÉSIRER PRENDRE

EXCLURE

PLAISIR JEUX PARDON DONNER

NUIT DEMAIN RAISON

Cela dépassait la RAISON.

Cet Homme voulait faire croire qu’il avait AIME cette jeune enfant et que tout ceci n’était que des

JEUX totalement innocents. Il n’était pas possible pour lui de demander PARDON car ce n’était pas dans

sa nature, et, de toutes façons, il ne s’était rien passé… Pourquoi s’était – il introduit la NUIT dans la

chambre de cette jeune enfant, sinon parce qu’il l’avait DÉSIRÉ de façon coupable ??? PRENDRE ce

qui était défendu lui DONNAIT un PLAISIR infini, en bon dominateur qu’il était, une proie exposée

ne pouvait qu’être chassée, et, bien sûr,

elle l’avait provoqué, sur son lit offerte

aux regards…Et il n’aurait pas

EXCLU de la violer si quelqu’un n’était

 

 

pas arrivé à temps, entendant ses cris d’effroi. Pour lui ce n’était rien que de faire son éducation…

Mettre ses sales doigts était déjà pour lui un défi accompli, et une extase lubrique l’avait envahi,

peut-être était-il même sur le point de ressentir la « petite mort » que ressentent les mâles une

fois leur acte accompli…Il était en rut…Mais la personne l’avait emmené avec lui et tout semblait retourner

comme avant.

Mais l’enfant se demandait chaque jour si DEMAIN

cela se reproduirait et désormais se bouclait à clef dans sa

chambre….Ceux qui avaient cru voir ou entendre quelque

chose en étaient pour leurs frais et étaient mis au secret

défense. Un tabou qui, quarante ans après, n’était toujours

pas brisé, malgré le cœur de la victime en triste

état comme vous pouvez l’imaginer… De toutes façons

plus de justice possible puisqu’il y avait prescription, alors…

Atelier MUMU’S 57, semaine 24 & 25


Il ne me pourrira plus la vie !!!!!..

Pendant longtemps, j’avais eu un  sérieux PROBLÈME pour accepter les vilenies que m’avaient

faites ce  TYPE, mais je m’étais fait la PROMESSE  que dès la première OCCASION

je leur  PROUVERAI que je continuerai à VIVRE malgré tout, même si j’étais parfois 

HANTÉE par tout ça.

Je n’allais quand même pas le  REMERCIER!!!Ce TYPE n’était qu’un salaud,

il n’y avait pas photo. Un adulte en qui  enfant j’aurai dû  avoir le plus confiance,

car c’est de cela qu’il s’agit,m’avait trahi, meurtrie dans ma chair, et ma mère,

impuissante, n’avait rien dit ni fait pour l’en empêcher !!!!!

Il m’avait littéralement pourri l’existence pendant des années et les médecins

disent que mes ennuis de santé récurrents viendraient de cette horrible période.

Mais la vie continue et Dieu me garde de croiser son chemin…..

Publié 22 juin 2012 par korriganebleue35 dans Ateliers d'écriture MUMU, essais, Mes poèmes...

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :