Archives du tag ‘ateliers

Des nouvelles….


Je suis peu présente en ce moment pour faire les ateliers. En effet, cela fait un certain temps

que j’avais des douleurs abdominales et des trouble de la digestion.

J’avais passé un scanner qui m’avait diagnostiqué un kyste à un rein et des diverticules dans

tout le colon, une vraie pile d’assiettes…Depuis deux jours la douleur

s’est aggravée, je ne suis confortable que couchée sur le côté. J’ai été voir mon médecin hier

qui m’a prescrit des examens de labo que j’ai fait ce matin. J’ai pris

rendez-vous avec le gastro-entérologue à l’hôpital, à force de rouspéter je l’ai pour le 15 avril.

J’ai un traitement médical en attendant mais il se peut qu’il faille

m’opérer, je n’y tiens pas. Du coup comme je ne tiens pas assise je passe pas mal de temps

couchée sur le côté et je fais le mollusque en regardant des documentaires

à la télé ou des séries que j’ai raté parce qu’elles sont des jours de chorale ou que c’est tard.

Du coup j’ai pris ma matinée puisque le vendredi je ne travaille pas d’habitude l’après-midi.

J’ai dû reporter mon cours de piano car je tiens peu de temps assise. J’espère pouvoir tenir

debout pour le concert demain ; il y a déjà répétititon générale demain matin de 10 à 12 H 30…

Ci-dessus, des pièces d’Erik Satie, compositeur que j’aime bien. Ce sont les divertissements

pour les enfants…Ce qui est un peu étrange, ce sont ses commentaires au détours du morceau,

tel sur le bout de la langue, pour étonner les anges….Bon week-end. .

Instrument bizarre…


Un instrument de musique plutôt bizarre, non ?????Je l’ai trouvé original

et vous le fais partager, en attendant les photos de la crèche que je suis

en train de faire malgré une bronchite carabinée.(dans l’immeuble ils ont fait de

la peinture et une crise d’asthme allergique m’a rendu sensible, donc bronchite

par là-dessus…Et puis il fait froid, un vent à décorner boeufs et cocus, qui

vient de Pen Ar Bed, et cela ne fait que commencer, coeff de marée à 105

oblige, et en plus il pleut par intermittences, mais fort….).

Actuellement pour la crèche j’ai fait les fondations avec la montagne, les

restanques (terrasses à flanc de colline pour faire les cultures, mot provençal)

et les premières maisons du village.La montagne, les restanques et le fond de

crèche est fait avec du grillage à poules sur lequel j’ai encollé sur du papier

journal plâtré le papier rocher. J’ai fait aussi des pieds de vigne pour mettre sur

les restanques, de la lavande, et un arbre doré en pâte FIMO pour faire un coin

forêt, Brocéliande pas loin oblige….

Le sapin est fait, j’ai pris un petit sapin tout blanc, et où nous l’avons acheté,

si nous rapportons le sapin après les fêtes, ils plantent un arbre…Nous avons

décoré la maison, avec des guirlandes, mais cette année pas mis de guirlandes

électriques à cause du petit chat. .

Dimanche concert avec les Choeurs de la Cathédrale…Peu de temps pour

« bidouiller » avec GIMP et faire les ateliers, je ne reçois pas les mises à

jour de certaines….Bon week-end.

Le village d’aiguines


Les fameuses boules cloutées d’Aiguines

Patrimoine culturel du village

A partir du 16ème siècle Aiguines dut sa réputation à la qualité de la tournerie sur bois et à la fabrication des

boulescloutées.

La végétation forestière des environs d’Aiguines fournissait du buis particulièrement favorable au travail de

tournaged’autant qu’il pouvait être ramassé librement. Chaque automne, les coupeurs partaient dans des zones

sauvages et dangereuses du canyon. Le buis, tourné et poli pouvait servir à fabriquer des pilons, des mortiers,

des planches, des couverts et autres objets. Pour la fabrication des boules cloutées, la partie affleurante et enflée

de la racine du buis, était extraite et transportée à dos d’homme, jusqu’aux ateliers de tournage installés dans le

village.

Dans les ateliers, les tourneurs dégrossissaient la racine à la scie, puis lui donnait sa forme définitive au tour

à bois. Les femmes, les ferreuses les recouvraient ensuite de clous. Des colporteurs venaient s’approvisionner

au village pour aller vendre ces objets jusqu’à la foire de Beaucaire.

Le commerce sera florissant jusque dans les années 1920 où l’apparition de la boule de

pétanque intégrale rejettera ce type de boule chez les antiquaires et les collectionneurs. Aujourd’hui, Aiguines

cherche à retrouver les gestes et le savoir-faire de ces artisans, et le village inaugurera bientôt son musée des

tourneurs sur bois.

En attendant, des vitrines vous présentant des boules cloutées et outils d’époque sont visibles à l’Office du

Tourisme.

Chaque année, des stages d’apprentissage sont régulièrement organisés, ainsi que les « Journées du bois

tourné » pendant une semaine au mois d’août.

Le terroir

La truffe ou le diamant noir

Tuber Melanosporum – Rabasse en provençal-Champignon noir et odorant, la truffe est enterrée à une dizaine

de centimètres au pied des chênes. Si vous y êtes attentifs, vous pourrez reconnaître des nombreuses truffières

présentes autour du village.

Le thym ou la farigoule

est employé dans de nombreuses recettes culinaires composant avec le laurier et le persil le célèbre

bouquet garni.

La lavande,

que les romains utilisaient pour soigner les blessures et pour parfumer leur bain, a longtemps été cueillie

dans les garrigues provençales avant de devenir une plante cultivée au XXème siècle.

Le miel

était auparavant récolté par les bergers dans les ruches sauvages dans les Gorges. Chaque miel se différencie

par sa saveur, sa couleur et sa consistance. Le miel de lavande est le plus réputé.

A Aiguines, un petit marché hebdomadaire se déroule tous les mardis matin sur la place du village.

Baudoin Gassies

 

est le santonnier d’Aiguines, un charmant village du Haut Var à l’entrée des Hautes Gorges du Verdon

(rive gauche).

Il a commencé son métier de santonnier en 1986, en prenant la succession de l’atelier de Léon Gaubert, un

maître santonnier de la fin du 19ème siècle. Baudoin Gassies a hérité des moules en plâtres anciens, datant

des années 1930, il perpétue la tradition de santons traditionnels et les modèles du maître santonnier

fondateur. Ainsi le chasseur et legendarme portent toujours leurs guêtres de la fin du 19ème siècle.

Marie-Rose, fabricante de boules cloutées

Baudoin

a ajouté quelques créations, des personnages, dont Marie-Rose,

lacloueuse de boules de pétanques. Il rend hommage ainsi à la

dernière cloueuse de boules de pétanques d’Aiguines, décédée

à la fin du 20ème siècle.

Aiguines était un centre renommé pour la fabrication de boules

de pétanques traditionnelles en buis cloutés. Saint François

d’Assise, l’inventeur des crèches de Noël et dont la mère était

provençale, est aussi un santon que l’on trouve uniquement

dans son atelier d’Aiguines.

Je l’ai

rencontré et il est tout simple, un peu timide. Je lui ai acheté une Marie

Rose et une réduction de village pour ma crèche. 

 

 

Village avec Santons puce 2,5 cms

%d blogueurs aiment cette page :