Archives du tag ‘basse

Avec des QUE, quoi faire ????Pour Ghislaine…


Quelle aubaine que ce choix de mots proposés par l’atelier de Ghislaine. Cette canicule rend mon cerveau en

loques et j’ai l’impression qu’il se transforme en fromage blanc. J’avais envie cependant de vous raconter l’histoire

de ces personnes abouliques venant faire les mollusques sur nos plages afin de respirer l’air océanique, bien que nous

soyons sur les bords de la Manche….. Après un chemin  de lentisques, où les dunes départementales sont le régal

des amateurs de botanique,  il est facile de voir cet étalage anatomique, qui mériterait une étude anthropologique

approfondie. On peut voir aussi un phoque au loin, à moins que ce ne soit un veau marin…

On peut voir aussi des paquebots au loin ou des ferry qui partent vers l’Irlande.La marée est basse mais ce n’est

pas un coin à coques ni à couteaux. Le sable est vert par endroits que tapissent des algues, des posidonies ou des

laitues de mer…

Certains se livrent aux divers plaisirs aquatiques, d’autres sont au loin sur des voiliers. On peut voir aussi des

barques, même une vaquelotte et une vieille bisquine de Cancale… Il y a même quelques embarcations de pêche

pélagique classique au loin.

D’autres personnes , totalement asthéniques, sont ataviquement accrochées à leur serviette pour se transformer

en couleur bisque de homard, telles des berniques sur leur rocher.Il y en a de toutes les formes : certaines,

telles  des odalisques mauresques, des squelettiques, des bronzées depuis quelque temps et d’autres blanches

comme des cachets d’aspirine. Des jeunes se croient encore aux jeux olympiques et jouent au beach volley, des

breloques en plastique à leur poignet…Certains regardent avec des mimiques simiesques et lubriques  les femmes,

instinct archaïque et ancien de mâle cherchant à dominer. Athlétiques, ils montrent fièrement leurs tablettes de

chocolat, faisant la nique à certaines jeunes aux maillots excentriques, mais les donzelles s’en fichent royalement.

Un peu plus loin, une baraque  vend des salades, des sandwichs et boissons fraîches…

Je m’en méfie toujours un peu, je ne crois pas que leur conditionnement soit très hygiénique. Difficile de se garer

avec la camionnette, ils mettent des portiques partout qui nous empêchent de passer. La départementale est tellement

peu large que le croisement à deux véhicules est difficile voir quasi impossible.

Hors de question de faire la crêpe au soleil par cette canicule, je vais dans l’eau faire des arabesques et de la

gymnastique aquatique, portée par le courant favorable. D’aucuns prétendent que c’est bénéfique pour la santé,

mais je recherche la détente avant tout.

Mais la marée monte et il ne faut pas se laisser emporter, elle est fantasque et rapide comme un cheval au galop ;

il faut dire que le Mont Saint Michel n’est pas loin. Le temps du retour a sonné, il faut songer à ré-intégrer nos

pénates et à affronter la circulation…. J’éspère que mon petit récit ne vous a pas mis la tête comme une pastèque

et que vous avez été séduits par ma Bretagne.

PS : pas de logiciel pour les mots ; juste mon cerveau ramollo et mon dico….

Publié 20 août 2012 par korriganebleue35 dans Ateliers divers, Mes poèmes..., Voyages

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

La basse-cour du Roi Nicolas ou La Fontaine revisité….


Une nouvelle façon de faire de la politique, la dérision, La Fontaine revisité par une amie :

La basse-cour du roi Nicolas

Un renard prénommé Nicolas sur une basse-cour régnait.
Mais il était contesté : «Il ne fait pas rentrer assez de blé,
Nous n’avons plus de grains à picorer!! », se lamentaient les animaux affamés.
 –«  Je fais de mon mieux, répondait Nicolas.
Sans moi, ça serait pire, croyez-moi.
Il y a une énorme crise mondiale
Ne l’oubliez pas, c’est infernal. »
Beaucoup d’animaux voraces rêvaient pourtant de prendre sa place.
A gauche, la vache Martine et la pintade Ségolène
Crurent, un temps, pouvoir devenir reines.
Mais ce fut le pigeon François qui leur fit la nique.
Aidé, malgré lui, par le cochon Dominique,
Qui manqua d’aller à l’abattoir,
Pour avoir culbuté une grande poule noire.
Mais la pire ennemie du roi Nicolas et du pigeon François
Était la fille d’un loup borgne qui avait échoué à devenir roi.
Cette louve à la voix rauque et à la chevelure blonde
 Se faisait passer pour une brebis aux yeux du monde.
Elle répétait comme une litanie : «Il faut plus de poulets
Pour renvoyer chez eux les animaux étrangers,
Sans eux, nous serions tellement plus heureux.»
Certains moutons l’écoutaient béats :
«Bêê, elle dit tout haut ce que nous pensons tout bas.»
 Le pigeon François, le roi Nicolas, l’ours Mélenchon et la taupe Eva
 Faisaient de leur mieux pour éradiquer la terrible maladie
 Répandue par la louve déguisée en brebis
 Qui avait pour nom haine et démagogie.
 Hélas ! à six mois des élections,
 Personne ne sait encore pour de bon
 Qui de la farce sera le dindon.

Publié 23 janvier 2012 par korriganebleue35 dans Actualités et politique, Morts de rire....

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :