Archives du tag ‘Brocéliande

Ma crèche 2014


Je n’avais pas eu le temps de faire le diaporama, le voici donc…Cette année nous avons rajouté les maisons de village et nous nous sommes concentrés sur les décors.Petite pointe d’humour, en coin de village les WC avec le santon spécial WC (le cagaïre).Dans le coin forêt il y a un arbre jaune en pâte FIMO qui représente l’arbre d’or de la forêt de Brocéliande.L’an prochain je ferai des gradins pour pouvoir mettre plus de santons.Vous avez repéré les santons bretons qui vont en procession à l’oratoire….

Publié 28 décembre 2014 par korriganebleue35 dans Fêtes et traditions, Spiritualité

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Au concert


71618734

Les activités commencent à reprendre, le temps me manque. Trois semaines seulement de vacances comme si je n’en avais pas eues. Ma mère est rentrée chez elle, j’ai vu un peu ma grande fille qui est retournée à son école des mines où elle entame sa troisième année. La grande rentre en terminale S Physique et cela devient sérieux….J’ai fait beaucoup de rangements, trié mes papiers, il me reste encore un peu mais c’est bien parti. Mes tripes cela se stabilise, j’ai un régime à faire qui m’atténue les douleurs.

Alors hier, récré :  nous  sommes allés  au concert à l’Abbaye de Paimpont au coeur de la forêt de Brocéliande avec mon chéri. Sur le chemin les arbres hauts de chaque côté de la route font des sortes d’ogives qui transforment la route en nef de cathédrale verte.Le concert était surtout de la musique renaissance pour choeur et piano.Il y avait aussi un morceau d’un compositeur contemporain.(j’ai moins aimé, c’était plus dissonant, cela partait dans tous les sens…). Ils ont voulu terminer par un motet de Bach, mais ils se sont légèrement plantés…Dommage car il y a avait de belles parties de solistes et, pour une fois, des vraies sopranes… Et puis après, le temps de rentrer, nous sommes allés dîner en ville. Les chats nous attendaient au retour et ne se sont pas fait prier pour leur gamelle. Nous reprenons la chorale d’église dimanche et la chorale symphonique mardi en huit. Le programme s’annonce riche puisque nous irons en Hongrie du 28 mai au 2 juin 2014. 

Plusieurs morceaux étaient a capella et les trois derniers morceaux étaient accompagnés au piano.  J’aime bien cette église qui maintenant n’a plus de moines mais qui est église paroissiale. Comme autour c’est privé, il est difficile de faire des photos, alors j’ai téléchargé des photos de l’office du tourisme.

Abbaye-de-Paimpont2©A.Cocherie

Le devant de l’abbaye, au bout de l’allée il y a la mairie….

Grotte_N-D_Paimpont

 3551301933_9bd45d1d5d_o

J’ai fait juste des photos de l’intérieur de l’église….Lien ci-dessous, à recopier dans votre navigateur……

http://sdrv.ms/17eEziA 

En dessous encore, photo d’un des confessionnaux parfaitement sculpté. Toute cette église abbatiale est lambrissée et possède des bois finement sculptés.Dans les photos que j’ai faites, il y a le trésor qui se situe dans la sacristie et ci-dessus une reproduction de la grotte de Lourdes où il y a une procession le 15 Août et où l’on chante les vieux cantiques de jadis. Voilà notre petite promenade, j’espère que cela vous a plu. AZMUlnxv6OIVxl8too-04laHOHA

Le palmarès des artistes….


Le Ministère de la culture du pays des fées de la Forêt

s’est réuni et, après délibérations animées, a choisi le

palmarès suivant :

Palmarès

Comme vous pouvez le voir j’ai découpé les avatars

pour

faire plus vivant. le choix s’est porté sur le contenu

du texte et

les réactions du public.

www.mon-diplome.fr

Prix spécial pour Gaël

avec son diplôme

de l’humour dont

il pourra user

avec les prérogatives

qui lui sont

attachées…

De même martine avec son ode à la nouvelle année.

les débats ont été animés…Prix spécial diablotin à

Manik pour la

malice de son acrostiche et de ses tableautins…

couronne-de-laurier-romain

L’empereur des alexandrins,

est,

sans contestation aucune notre

ami Néo

qui est fait César pour

l’occasion…Bravo à tous et à

chacun…

Chacun aura une place de choix

dans le petit livret que je vais monter

d’abord en pdf pour que vous puissiez y

jeter un oeil.

bloggif_510547d9c3096

 

Ma crèche terminée, diaporama.


Voici ma crèche terminée après beaucoup de boulot. Ce qui est orange, ce sont les pelures de mandarine

moulues au moulin à café….Certains santons sont un peu défraîchis car je les ai depuis longtemps….

Clin d’oeil breton : l’arbre d’or de Brocéliande en pâte FIMO et les santons de Céline….

La musique est un cantique que nous avons chanté à la veillée par les petits chanteurs de Montréal.

Pour Ella, les esprits de la forêt….


Français : La Fontaine de Barenton en forêt de...

Français : La Fontaine de Barenton en forêt de Brocéliande (Photo credit: Wikipedia)

Je n’habite pas si près de la mythique forêt de Brocéliande pour rien.

Je vous présente donc quelques esprits de la forêt….

Vous y trouverez

des fées volantes, des gnomes,

des korrigans et autres poulpiquets…

Première version :

 Vous aurez reconnu l’arbre d’or de Brocéliande ; après un gigantesque incendie en

1990, il a été décidé de dorer un chataigner près de la digue du lac des fées,

celui-ci est entouré de 5 chênes calcinés,avec de la feuille d’or (5000 en tout).

Ceci pour ne pas oublier.30 000 arbres ont été plantés, des milliers de bénévoles

ont participé; La forme des branches évoque le bois d’un cerf, et entouré des

autres arbres, symbolise la renaissance après la mort. Visité par des millions de

personnes, le site reste fragile et nous rappelle un passé que l’on ne voudrait plus

jamais revoir.  

Deuxième version :

 Je suis assez contente car            j’ai trouvé une technique

pour faire rapidement des tubes…..

Acrostiche arbre : le charme.


〜♫〜♫〜♫〜♫〜

C Coeur ouvert tout en beauté

H Hors t’es recouvert en fin d’été

A  A tes pieds des champignons

R Riches de couleur en cette saison

M Merveille chaque fois de création.

E En ronde les elfes sous notre admiration.

〜♫〜♫〜♫〜♫〜

Il y a quelques charmes dans la forêt de Brocéliande, mais surtout des

chênes et des hêtres, quelques frênes, du houx. Je voulais faire un

acrostiche différent, mais sur le houx le X était dur à caser…..

La dame blanche de Trécesson, pour Ghislaine.


C’était par un beau matin d’automne que  l’on commença à enlever la terre qui recouvrait une fosse. Le  comte de Trécesson, a appelé ses jardiniers et valets et donné l’ordre de se rendre sur les lieux décrits par Gervais, le garde forestier du parc du château, lui-même suivant au plus vite. Le sol est glissant, il ne pleut plus et des lueurs rougeâtres se distinguent déjà au loin. Bien que ses serviteurs s’efforcent de lui faciliter le passage, des branches égratignent la robe de chambre de brocard, que le gentilhomme n’a pas pris le temps de retirer…

Lorsqu’il arrive sur place, les pelles s’activent sous la direction de Gervais, bientôt, de ci, de là, des tâches blanches se distinguent au travers de la boue… Tous les regards, dirigés sur le même point, annonçaient l’anxiété des acteurs de cette scène, l’espérance et la crainte, l’attendrissement et l’horreur se succédaient. Enfin, le visage de la jeune dame parut à découvert, intact.

Que c’était il donc passé la nuit dernière ???

 

Nous sommes en 1750, elle fuit depuis des heures tout en sachant qu’ils finiront par la rattraper !!!L’instant d’entre chien et loup est venu. Il fait encore très chaud et la lune sera vite mangée par des nuages à la rage imminente…Elle ne sait  plus très bien où elle est. Derrière elle, résonne au loin le bruit de roues d’une voiture mêlé au martellement des chevaux menés à train d’enfer.. Le même qui résonna sur la place de la petite chapelle, au moment où le bon vieux curé de son enfance allait les unir son amour et elle !

Les témoins s’étaient alors éclipsés sur son ordre … (Fuis aussi ma bien-aimée, je les retiendrai aussi longtemps que possible, fuis, ce sont mes frères, ils ne me tueront pas !!!). Elle aurait voulu rester bien sûr, mais elle savait qu’il avait raison et que plus tard, il la rejoindrait… Seulement, les autres avaient sans doute repéré assez vite les morceaux de son voile de mariée aux embûches des chemins, puis ses fines chaussures blanches, et plus loin sa couronne de roses blanches qui s’était envolée….

Cette nuit était une bonne nuit pour le braconnage et Gervais, s’était embusqué dans le parc du château dont il était aussi le garde forestier… Bah ! Il n’en faisait pas commerce et la bourgeoise cuisinait divinement les civets de toutes sortes…

Le bruit d’une voiture, menée de main de maître, lui fit dresser l’oreille. Par prudence, il cacha son fusil sous des futaies et entreprit l’escalade d’un arbre à basses branches très touffues.De là où il était, ce qu’il vit l’intrigua avant de lui serrer la gorge : l’attelage avait une noirceur de deuil profond, il venait de ralentir pour emprunter un chemin forestier, des valets portant des falots vacillants avaient sauté des marche-pieds, pour le précéder en courant !!!

Gervais eut froid, puis chaud et dut se retenir de crier lorsqu’il vit trois hommes tirer une forme blanche hors du véhicule.Une pauvre silhouette vêtue d’une longue robe blanche déchirée, dont la dentelle pendait lamentablement. Une des nattes d’or bruni totalement dénouée trouait la nuit d’un halo de lumière. Traînée plutôt que soutenue par ses conducteurs, quelquefois elle se débarrassait de leurs bras, se précipitait à leurs pieds, embrassait leurs genoux, lès appelait ses frères et ses amis, et les suppliait entre les sanglots rauques et secs qui lui déchiraient la poitrine .de ne pas lui arracher la vie…. Sans doute n’avait-elle plus de larmes et ses forces semblaient si dérisoires.Ce fut en vain, ses persécuteurs demeurèrent froids et inflexibles devant ses supplications désespérées, et loin de paraître ému, l’un deux la repoussa brutalement.

 — Vous avez désobéi, vous deviez renoncer à lui. Vous avez menti et triché l’un et l’autre pour parvenir à vos fins… mais lui va devenir roi !!!!..

— Où est-il ? Qu’en avez-vous fait ? (Les mots étaient hachés, quasiment inaudibles). La scène qui se déroulait sous les yeux du garde semblait irréelle. Horrifié, il vit que les valets s’étaient mis à creuser, tandis que les assassins vêtus en gentilhommes forçaient la jeune fille à s’agenouiller…

— Nous l’avons fait ramener à celle qu’il doit épouser, pour le bien de tous…

— Au nom du ciel! Ne me tuez pas. Faut-il donc mourir si jeune! Au moment d’atteindre au bonheur! Ah ! que la mort est affreuse. -Il faut pourtant vous y résigner, Madame, les pleurs sont inutiles, votre heure est venue, vous allez mourir..

La fosse était creusée, les cavaliers firent signe à leurs gens, qui s’emparèrent de la jeune dame.L’infortunée se débattit longtemps dans les bras de ses bourreaux, mais malgré ses désespérés, ses supplications, ses larmes, elle fut jetée dans la fosse….Les pelletée de terre jetées à la hâte, lui emplirent sa bouche qui hurlait encore. Puis les deux seigneurs remontèrent en voiture, l’équipage s’éloigna au grand trot des chevaux et, quelques moments après, le parc de Trécesson avait repris son obscurité, son calme et son silence…En haut de son arbre, Gervais, paralysé d’effroi se signa et ferma les yeux… Le cœur serré par l’effroi, avait à peine pu respirer….

Lorsque la voiture eut disparu, lorsqu’il eut cessé d’entendre le pas rapide et cadencé des chevaux qui l’entraînaient, il se décida à descendre de son arbre, mais, plein de trouble et d’épouvante, il ne songea pas à écarter la terre qui étouffait la malheureuse femme qu’on venait d’assassiner sous ses yeux…Figé par l’horreur, Gervais resta tout d’abord immobile, puis une fois la voiture repartie, il déplia lentement ses jambes devenues douloureuses. Son désarroi était tel, que, pas une seconde, il ne songea à tout tenter pour déterrer la jeune fille !Sa seule pensée cohérente était de courir chez lui et de se délester d’un peu de l’horreur éprouvée en la racontant à Josépha son épouse. Celle-ci commença par le traiter de couard, il avait un fusil, non ???Et puis, au fil du récit, elle comprit qu’il n’aurait rien pu faire , sinon de courir le risque d’être assassiné à son tour, d’autant plus que, de toute évidence, les auteurs de ce drame étaient des personnages de haute lignée.

Par contre, elle se précipita au dehors pensant qu’il était peut-être encore temps d’aider la demoiselle en robe de mariée. Gervais, la retint, l’aube était proche et l’orage longtemps contenu éclatait avec violence. Le ciel en feu zébrait d’éclairs furtifs et meurtriers l’ensemble de la forêt. Bientôt, le château allait se réveiller en son entier, comment dans ce cas s’ils étaient vus près de la fosse pourraient -ils expliquer leur présence???

Cette crainte l’arrêta, elle pensa que le mieux à faire était de courir avertir le comte de Trécesson, en qui ils avaient toute confiance et de raconter ce qui s’était passé. L’homme était juste et bon, la présence de son garde forestier sur les lieux en pleine nuit,  allait être plus délicate à expliquer, mais le comte savait ce qu’il se passait sur ses terres et n’ignorait sans doute pas ses petits braconnages….

Devant son seigneur, la sueur acide de la peur coulant de son front mêlée à l’eau de pluie ruisselant sur son visage, fit que tout d’abord, Gervais, eut de la peine à tenir les yeux ouverts… Il tenta de parler, mais les mots ne parvinrent pas, tout de suite, à se frayer un passage entre ses dents qui s’entrechoquaient. Sa femme, quant à elle, n’essaya même pas, les yeux baissés, elle regardait la flaque d’eau que sa jupe de paysanne, lourde d’eau , faisait couler sur le sol de pierre. Après avoir avalé un petit verre de calvados, tendu par un valet, Gervais put enfin faire un récit à peu près cohérent des faits auxquels il venait d’assister…La fosse a été ouverte, l’horreur est là….

Tous les regards sont dirigés sur eux, l’espoir centré sur la découverte du visage de la demoiselle…  Elle semble dormir; et quand on lui soulève la tête, elle ouvre les yeux, qu’elle a clairs comme noyés dans une brume hors du monde des vivants. Elle sourit, et laisse fuser un long soupir entre ses lèvres en bouton de rose écarlate, un soupir qui se termine en gémissement : Alors, seulement, elle referme les yeux pour ne plus les rouvrir!!!! 

Cependant ces démarches, ces préparatifs avaient emporté le temps. M. de Trécesson fut profondément affligé de cet événement. Monsieur de Trécesson, la fit transporter au château  et l’habiller de soie selon le rang semblant être le sien.Pour tenter de savoir qui elle est, il fit venir toute la noblesse de la région, en vain, car personne ne put lui donner la moindre indication ! Les obsèques qu’il tint à lui offrir, en signe d’hommage posthume , furent celles d’une princesse. Par la suite, le châtelain fit quadriller bois et forêts, c’était comme si une force ne portant pas de nom l’y poussait ! Il voulait savoir et surtout faire punir les assassins.

Aux hasard des recherches, on lui rapporta de fines chaussures de satin blanc déchirées, une couronne et des morceaux de voile de mariée. Il les déposa lui-même,  sur l’autel de la chapelle du château. Ils y restèrent pendant 39 ans, c’est à dire, jusqu’à ce que le lieu fut détruit pendant la révolution de 1789. Ce fut à dater de ce jour, que l’on vit et voit encore, dit-on, certains soirs , de début d’automnes brûlants aux orages menaçants, une jeune mariée courir dans les sentiers de la forêt de Trécesson. Elle court pieds nus, dans un robe de dentelles déchiquetée, une lourde natte dénouée, flamboyante, illuminant les futaies plus encore que les zébrures de l’orage. Les faits seraient consignés dans les archives des Trécesson .

C’est une des légendes de la Forêt de Brocéliande, c’est note dame blanche…Le château de Trécesson est un vieux château sur les bords d’un lac, au bord de la forêt….

%d blogueurs aiment cette page :