Archives du tag ‘grands froids

Hibernation ?


En ce moment je suis dans une phase « d’hibernation ». En effet j’ai de l’arthrose sévère de la hanche et je ne peux m’appuyer dessus. Je suis la plupart de la journée sur le canapé du salon, pour lire et mettre ma hanche dans une position où elle n’a pas mal.Je vois le chirurgien le 15 mars, et je saurai alors la date de l’opération. J’ai assez mal alors j’ai de la lamaline, dedans il y a de la poudre d’opium, mais pas suffisament pour que je voie des éléphants roses. Du coup je ne peux aller à la chorale, je travaille avec des fichiers midi que j’écoute sur l’ordinateur. Je perds un peu de poids tous les mois mais ce n’est pas facile car certains médicaments que l’on me donne font grossir. Je suis obligée de marcher avec une canne ce qui fait que certaines personnes se moquent. Mais le rhumatologue, quand il a vu l’IRM m’a arrêté jusqu’au 15 mars pour commencer, car je dois pas mal marcher et m’accroupir pour bosser. Le service déménage et donc je serai dans un nouveau bureau après la rentrée. Heureusement bientôt c’est la retraite car j’en ai ma claque de bosser et je suis fatiguée. Mon chéri est adorable, il fait la tambouille, m’apporte le café après ma sieste. Ici il fait froid, sans neige Dieu merci car quand il y en a c’est le bazar. Ne pensez pas que je vous oublie, je mets un « like » par ci, un autre par là…. Je profite d’être à la maison pour câliner les chats qui me le rendent bien. J’ai droit à de la vraie minouthérapie : ils mettent leur truffe dans mon oreille et ronronnent, ça fait un boucan pas possible mais c’est de la médecine….

 

Publié 24 février 2018 par korriganebleue35 dans Non classé, Vie quotidienne

Tag(s) associé(s) : , , , ,

LES SAINTS DE GLACE ET LA SCIENCE.(MAIS OUI !!!)


Vérifié scientifiquement


Et du côté de la science, qu’en pense-t-on? «C’est une observation de la nature tout à fait correcte, répond d’emblée la climatologue. Ce ne sont pas précisément ces jours, mais la période est effectivement la plus concernée par le retour du froid.» Et toc! Pour ceux qui taxaient de farfelus les pieux jardiniers respectueux de ces dictons. Le phénomène est vérifié scientifiquement.
Cela n’aura échappé à personne, cette année a connu un printemps pour le moins chaud et précoce. Et la question du réchauffement climatique turlupine. De là à se demander si les saints de glace conservent leurs prérogatives, il n’y a qu’un pas.
Martine Rebetez: Les Saints de Glace, St-Médard et les autres… Editions Stratus, 1986

Une explication astronomique viendrait justifier ces croyances populaires, d’ailleurs amplement vérifiées : à cette période de l’année, un nuage de poussières célestes s’interpose entre l’orbite de la terre et le soleil, suffisant pour abaisser la température et voir parfois revenir le gel (on retrouve ce même phénomène vers le 11 Novembre, qui marque la plupart du temps l’entrée dans l’hiver).

On incrimine aussi « La Lune rousse » : la première lunaison après Pâques, celle qui fait « roussir » sous la gelée blanche les pousses de pommes de terre à peine sorties de terre. Mais la pleine lune qui brille alors n’y est bien sûr pour rien !


En réalité, dans la zone tempérée de l’hémisphère nord, la première quinzaine de mai est la période de transition qui nous fait passer globalement (et théoriquement !) de l’hiver à l’été ; avec de nombreuses variantes selon les années et selon les régions (il gèle encore souvent fin mai en Alsace).
Quant aux astrophysiciens, spécialistes particulièrement minutieux ils ont pour leur part remarqué « que vers la mi-mars, l’orbite de la terre passerait par une zone de l’espace sidéral particulièrement chargée de poussières, ce qui entraînerait une baisse de l’apport solaire sur notre planète et donc une diminution de la température. »
Certains expliquent le dicton par un phénomène astronomique coïncidant. Aux environs du 12 ou du 13 mai de chaque année L’ORBITE DE LA TERRE est amenée à traverser un disque de poussières extrêmement diffus dans le système solaire, formé aussi bien par des particules piégées que par des résidus provenant de la formation des planètes à l’aube de leurs existences. Pendant quelques heures, la poussière fait très légèrement obstacle aux rayonnements solaires. La diminution de leur intensité est inobservable sans instruments sensibles, mais suffisante pour influencer les délicats mécanismes de la météorologie de notre globe. La terre traverse à nouveau ce disque de poussière six mois plus tard, le 11 novembre.
Cependant, la coïncidence n’est troublante que si l’on ne connaît pas la météorologie. Elle est en fait seulement ANECDOTIQUE car le phénomène astronomique est mondial alors que le dicton est très local. Le mois de mai correspond, dans les latitudes moyennes de l’hémisphère NORD, à la fin de la rapide circulation de systèmes météorologiques d’hiver. Le passage de GRANDS FROIDS, amenant de l’air du nord, se produit donc encore de temps à autre. Quand le ciel se dégage ensuite sous un ANTICYCLONE la perte de chaleur est encore importante, surtout la nuit. Il est donc normal d’avoir encore des périodes froides à cette époque même si la tendance DES TEMPÉRATURES est à la hausse.


Il n’y a pas besoin d’expliquer la coïncidence d’une période de temps frais avec le passage à travers une zone de poussières cosmiques ou l’action de saints. Ce sont seulement des dictons utiles pour se rappeler quand la période CLIMATOLOGIQUE de gel se termine pour l »Europe, au nord de la méditerranée.

%d blogueurs aiment cette page :