Archives du tag ‘nuit

La nuit des cathédrales.


baxter_musiqueKT

Le deuxième samedi du mois de mai a lieu la nuit des cathédrales.

Ceci a commencé en 2008 avec trois cathédrales et maintenant il

y en a 26 d’inscrites cette année, dont une en Allemagne et une au

Luxembourg. Liste des Cathédrales participantes : 

Nuit des Cathédrales....

Ceci sur proposition de la Conférence des évêques,

organisation qui les regroupe tous…

http://www.nuit-des-cathedrales.org/

563456barredesparationmusique

Le principe est le suivant :

  • Faire des animations, des expositions, de la musique spirituelle,

éventuellement un « topo » sur l’histoire de la cathédrale ou sur une personne

marquante localement (compositeur de musique, peintre, sculpteur d’art sacré…)

pour inviter les personnes à rentrer dans la Cathédrale, qu’ils y viennent

déjà ou pas du tout. Ceci de 20 h 30 à 0 h00. Chaque Cathédrale a donc son projet

avec le cahier des charges ci-dessus énoncé.  

  • Faire connaître aux autres Cathédrales notre programme par l’intermédiaire

d’un site dédié, sur lequel est affiché des photos

de la Cathédrale et un lien vers son site quand il y en a un, et lors de la

publicité dans chaque diocèse, indiquer que c’est un projet commun à

plusieurs Cathédrales..

563456barredesparationmusique

Ceci sera notre première participation pour rennes.

Le programme pour Rennes est le suivant

http://www.nuit-des-cathedrales.org/programme-2013/article/rennes

Dans ce cadre, les choeurs de la Cathédrale donneront

La  « Via Crucis » de Franz Liszt, qui est une méditation sur la Passion du Christ.

Traduction des paroles : 

http://operacritiques.free.fr/css/index.php?2010/02/25/1486-ferenc-liszt-franz-via-crucis-v-une-traduction-francaise-le-chemin-de-croix-kreuzweg-stations

563456barredesparationmusique

Notre Chef de Choeur, Fabien Barxell :

images-4 

Notre organiste de grand orgue, Jean -René André (http://jeanreneandre.blogspace.fr/)

images-3 

http://www.florence-rousseau.com/)Orgue de Choeur,  Florence ROUSSEAU: 

images-9

563456barredesparationmusique

Des vues de la Cathédrale :

images-1 images-2

imagesimages-8images-7

Le maître autel, nous chantons devant, sauf en concert

ou nous chantons plus en avant, avec la maîtrise :

maitrise-de-la-cathedrale-de-rennes 

 

J’espère que mon petit reportage vous invitera à aller faire un tour dans

votre cathédrale si d’aventure elle participe à cette grande soirée…

Pour nous il s’agit non seulement de sortir des sons lorsque l’on chante,

mais comme être vivant de faire sentir ce supplément d’âme qui donne

sens à ce que l’on chante et le transmettre à l’auditeur.Il s’agit aussi

de participer à un moment festif différent de la liturgie habituelle.

Merci à Ella pour ses barres de séparation que je garde précieusement

et dont je me sers à l’occasion…

563456barredesparationmusique 

Mon texte épiphanie…


EPIPHANIE

 

E-piphanie

P-eut-être pour vous

I-l ne dit rien

P-etit mot ne ressemblant à aucun

H-istoire qui change tout

A-Bethléem presque rien,

N-ouveau-né dans la crèche tout petit

I-ls sont venus l’adorer

E-t lui offrir leurs cadeaux dorés.

30 Janvier 2012, 2h du matin.

Je vous invite aussi à regarder mon texte de 2012 un peu plus long celui-ci.Lien : http://wp.me/p19Vi2-yA

Point de crise de mysticisme en moi, mais quand on lit les

écritures, on est surpris.  Les mages, qui étaient des savants,

ont été chercher le futur roi d’Israël dans un palais, celui du

roi Hérode, alors que les écritures avaient annoncé que

c’était Bethléem en Judée. Ces savants s’étaient arrêtés à

une royauté bien extérieure alors que celle-là venait d’autre

part.

 

Le Roi du monde naissait dans une crèche pauvre parmi

les pauvres !!! Ce Roi se faisait celui des pauvres et des

humbles qu’il chérissait par-dessus tout. Toutes les Nations

venaient donc se prosterner devant ce Roi comme c’était

annoncé dans Isaïe. Ce dans le silence, l’écriture ne fait pas

mention de Salamalecks interminables ou de cantique tel le

Gloria à Noël, point de pompe mais du respect…Plus tard

Saint Paul dira le Royaume de Dieu est au-dedans de nous….  

Ma crèche terminée, diaporama.


Voici ma crèche terminée après beaucoup de boulot. Ce qui est orange, ce sont les pelures de mandarine

moulues au moulin à café….Certains santons sont un peu défraîchis car je les ai depuis longtemps….

Clin d’oeil breton : l’arbre d’or de Brocéliande en pâte FIMO et les santons de Céline….

La musique est un cantique que nous avons chanté à la veillée par les petits chanteurs de Montréal.

Jeux de vilains….Pour Manik…


Erotisme un peu particulier….

MOTS IMPOSES : AIMER DÉSIRER PRENDRE

EXCLURE

PLAISIR JEUX PARDON DONNER

NUIT DEMAIN RAISON

Cela dépassait la RAISON.

Cet Homme voulait faire croire qu’il avait AIME cette jeune enfant et que tout ceci n’était que des

JEUX totalement innocents. Il n’était pas possible pour lui de demander PARDON car ce n’était pas dans

sa nature, et, de toutes façons, il ne s’était rien passé… Pourquoi s’était – il introduit la NUIT dans la

chambre de cette jeune enfant, sinon parce qu’il l’avait DÉSIRÉ de façon coupable ??? PRENDRE ce

qui était défendu lui DONNAIT un PLAISIR infini, en bon dominateur qu’il était, une proie exposée

ne pouvait qu’être chassée, et, bien sûr,

elle l’avait provoqué, sur son lit offerte

aux regards…Et il n’aurait pas

EXCLU de la violer si quelqu’un n’était

 

 

pas arrivé à temps, entendant ses cris d’effroi. Pour lui ce n’était rien que de faire son éducation…

Mettre ses sales doigts était déjà pour lui un défi accompli, et une extase lubrique l’avait envahi,

peut-être était-il même sur le point de ressentir la « petite mort » que ressentent les mâles une

fois leur acte accompli…Il était en rut…Mais la personne l’avait emmené avec lui et tout semblait retourner

comme avant.

Mais l’enfant se demandait chaque jour si DEMAIN

cela se reproduirait et désormais se bouclait à clef dans sa

chambre….Ceux qui avaient cru voir ou entendre quelque

chose en étaient pour leurs frais et étaient mis au secret

défense. Un tabou qui, quarante ans après, n’était toujours

pas brisé, malgré le cœur de la victime en triste

état comme vous pouvez l’imaginer… De toutes façons

plus de justice possible puisqu’il y avait prescription, alors…

Nuit magique, Manik Semaine 4….


Comme le temps PASSE… Mes SOUVENIRS se dissolvent dans la BRUME du soir sur ce lac autour duquel j’aime

marcher, avec dans mes écouteurs les BALLADES de Frédéric Chopin. POURQUOI j’aime cette MAGIE du lieu où tout

est CALME sans aucun BRUIT ? Sans doute parce que personne ne sait que je suis dans cet endroit. Pas de téléphone

car il ne passe pas, pas de gêneurs…Ces moments en fin de SOIRÉE ou en début de nuit sont des INSTANTS magiques

où BRILLE l’étoile du Berger. Je ne me lasse pas de voir et REVOIR cette BELLE forêt de Brocéliande et ses arbres

légendaires avec cette luminosité entre chien et loup…Mais ce soir est particulier. Ma patience a payé, la lune pointe le

bout de son nez et il va y avoir un Fest Noz ( Bal de Nuit en breton) sur la place à côté du lac de Paimpont. J’aime ces fêtes

de village pleines de GAITÉ où personne n’est exclu car tout le monde peut danser dans une ronde de fraternité et de

joie…C’est ce qui est agréable dans nos danses bretonnes. Maintenant je ne suis plus comme autrefois une reine de la

gigouillette ou du laridé, mais j’apprécie les Plinn, sorte de ronde. Mon chéri accepte finalement de suivre les conseils de

nos amis et finit par danser un an-dro où il se débrouille tout à fait bien…

A vos plumes chez Arlette : règlements de comptes à OK Villejean….


Pour info, Villejean c’est mon quartier.Ci-dessous mon trajet quotidien, souligné en rose…

MOTS IMPOSES :

Verbes : EXTIRPER CONVOITER RESPECTER COMPRENDRE.

Noms : MACARON, GAITÉ, BAC, CHROME.

Adjectifs :OSTENTATOIRE,FÉRIÉ, DÉSASTREUX, MILLE.

RÉSULTAT CI DESSOUS : 

 J’ai parfois bien du mal à COMPRENDRE cette agressivité de personnes qui ne RESPECTENT

rien et se croient obligées d’étaler leur science ornithologique à la moindre contrariété,

proportionnelle à leur dose de testostérone, du moins le croient-ils. Dans mon quartier, les

quelques places de parking destinés aux personnes handicapées sont souvent squattées par

de belles mécaniques aux CHROMES rutilants, affichant ainsi de façon OSTENTATOIRE le

résultat de leurs MILLE trafics pas vraiment catholiques, ce juste tout près du commissariat

sans vergogne aucune. Ce n’est pas de GAITÉ de cœur qu’ils obtempèrent  et acceptent de

se faire EXTIRPER manu militari de la place frauduleusement occupée qu’ils avaient CONVOITÉE ;

le commissariat de quartier étant fermé les jours FÉRIÉS,

nous n’avons d’autre choix que  d’appeler la BAC, car,  excédés, les voisins klaxonnent

comme des malades pour faire valoir les droits de notre pauvre voisine qui semble bien

démunie, malgré son MACARON G.I.C affiché sur la vitre avec le N° de sa plaque dessus…

L’autre nuit, certains ont même tirés des coups de feu avec des armes de guerre, ce qui,

 vous en conviendrez, totalement DÉSASTREUX pour l’image de notre quartier. Et, comme

d’habitude, tels les carabinieri italiens, la BAC arrive toujours trop tard !!!!Dieu merci

que des blessés pour cette fois…

Le Cantique de Jean Racine


La version ci-dessus est enregistrement avec la partition qui défile.

Pour les lecteurs, lien ci-dessous, avec les soprano en jaune et les difficultés en stabilo.

IMSLP04370-Cantique_de_jean_racine_-_faure_-_satb_organ

Au moment du Carême , il m’a semblé intéressant de vous faire partager certaines choses que nous

chantons, et des aspects de certains écrivains moins connus, Le Cantique de Jean RACINE en fait partie.

Il fait partie d’un ensemble qui a été composé à la fin de sa vie, à la demande de Mme de Maintenon,

afin d’édifier spirituellement l’âme des demoiselles de Saint Cyr. Ceux-ci furent d’abord mis en musique

par Pascal Collasse. Ce dernier n’accéda jamais à la gloire de son maître, Jean-Baptiste Lully. Élève

puis surintendant de la musique du Roi-Soleil, il se voit fréquemment confier la tâche d’écrire les

parties intermédiaires dont le maestro n’écrit que le dessus et la basse. Ces cantiques spirituels ont

donc été mis en musique, textes d’une austère et noble beauté, tires de l’Écriture sainte. Racine,

en vigoureux janséniste, y exalte l’amour divin, la charité, la sévère grandeur

du chrétien luttant contre ses démons. Cependant cette austérité n’est point pesante ; en effet,

composé  au départ pour les jeunes filles, les partitions de Collasse en ont respecté la légèreté tant dans

l’écriture que dans l’instrumentation : trois voix de femmes, deux violons, deux flûtes traversières,

une basse continue. Aux symphonies de flûtes allemandes et de violons vont se succéder une alternance

de trios.Il faut noter que le latin était prononcé à la« française » (de nombreuses consonnes aujourd’hui

muettes sont ici volontairement sonores), la prononciation alors en usage. C’est que la musique, au-delà

de son agrément intrinsèque, « n’est que pure explication des paroles ».Beaucoup de cantiques étaient

cependant composés en français suite à la traduction de la Bible par de Sacy, qui, sur ce point, rejoignait

les protestants.

La Philosophie personnelle de Racine :


Si l’on veut un tant soi peu comprendre l’esprit des Cantiques spirituels de Racine, il faut se rappeler sa profonde

imprégnation  tout-petit par le Jansénisme, qu’il a reçue par ses études dans « les petites écoles de Port Royal »,

école attenante à l’Abbaye de Port Royal des Champs, aujourd’hui en ruines. Racine ne croit pas en l’homme.

Pour lui, dès que la passion envahit un être, il est perdu. Point de « passions nobles », l’amour qui charme les

cœurs est pour lui un fléau ; il ne laisse à ses victimes aucun répit, aucune liberté, aucun refuge sinon dans

la mort. S’il est abandonné de Dieu, même un juste ne peut sauver son âme car il ne peut rien de par ses propres

forces. par exemple, Saint Pierre, qui a renié le Christ s’est vu refuser la grâce.C’est la grâce efficace de Dieu,

voulue par lui, qui leur donne la force et la volonté d’accomplir les commandements de Dieu et de

prier.Les cantiques spirituels étaient donc un moyen. La version que nous connaissons est surtout :

Le Cantique, mis en musique par Gabriel Fauré, opus 11.

Est une pièce vocale composée en 1864 âgé alors de 19 ans, exercice pour sa sortie du CNSM de PARIS.

Écrite à l’origine pourchœur (soprano, alti, ténor et basse), quintette à cordes et harpe,

puis dans une version avec piano et orgue, elle se situe dans la tonalité de ré bémol majeur

(si mi la ré sol à la clef). Elle présente un caractère solennel.

Après une introduction jouée au piano ou à l’orgue, le chœur, tel un millefeuille, se met en place,

pupitre par pupitre. A la quarantième mesure, (sur 83) suite à un pont instrumental, nous avons

une  modulation en la bémol majeur (puis si bémol mineur),

où l’œuvre atteint son niveau le plus expressif.

Par un retour solennel, la pièce évolue  ensuite vers son caractère initial. Le Texte de Jean

Racine (1639-1699) est en fait une paraphrase de l’hymne Consors paterni luminis datant du

Moyen Age. Attribuée à Saint Ambroise, elle était chantée au début des matines (ou des vigiles)

de la férie tierce (les mardis). Certains pensent que l’idée est venue à Racine ne contemplant

le paysage des étangs des Vaux de Cernay, juste à coté de Port Royal. Le texte est

en le suivant :

 α ૐ Ω

Verbe égal au Très-Haut, notre unique espérance,

Jour éternel de la terre et des cieux,

Nous rompons le silence :

Divin sauveur, jette sur nous les yeux.

 α ૐ Ω

Répands sur nous le feu de ta grâce puissante;

Que tout l’enfer fuie au son de ta voix;

Dissipe le sommeille d’un âme languissante

Qui la conduit à l’oubli de tes lois!

 α ૐ Ω

Ô Christ !Sois favorable à ce peuple fidèle,

Pour te bénir maintenant assemblé;

Reçois les chants qu’il offre à ta gloire immortelle,

Et de tes dons qu’il retourne comblé.

 a ૐ Ω

La difficulté pour les choristes est le positionnement des voix, la justesse à cause des nombreuses

altérations accidentelles qui changent la tonalité et la couleur au cours du morceau, même si nous

sommes soutenus à la basse continue par des triolets de croches.De même les nuances qui doivent

être bien mises si l’on veut que cela ait du sens. De même, si les basses ne doivent pas être martiales,

les sopranos doivent garder une certaine couleur, surtout dans les aigus. 

%d blogueurs aiment cette page :