Archives du tag ‘sable

Quand la pause s’impose….


 

 

 

IMG_1956
Il y a des moments où la pause s’impose…Je suis en vacances pour trois semaines depuis lundi. Heureusement car j’arrivais à saturation, je commençais à avoir assez de tout, et le boulot devenait dur. Surtout la dernière semaine car après mon examen où ils m’ont injecté 3 litres de produit dans les tripes j’ai eu mal au ventre une bonne partie de la semaine.Je donc suis dans l’attente de mes résultats d’examen. Cela ne doit pas être grave sinon ils m’auraient contactée mais c’est casse-pieds.Voilà aussi que je me suis attrapée une sorte de kyste dans l’intérieur de la bouche ; je suis donc allée à l’école dentaire pour qu’ils me l’enlèvent, mais il faut le faire en salle d’opérations, ce sera pour le 8 août une consultation, puis après l’opération. Je dois aussi aller soigner mes gencives le 25 juillet. En attendant j’ai un dentifrice spécial à mettre et un gel sur les gencives après…

Capture d’écran 2013-07-16 à 13.59.46

Hier j’ai fait la marmotte et un peu de piano, mais dimanche nous sommes allés à la plage de Saint Cast le Guildo que vous pouvez voir sur la photo, et la carte ci-dessus pour vous permettre de situer. Nous avons d’abord fait une pause à Dinan pour voir la vieille ville qui est magnifique (un peu plus au SUd sur la carte mais on ne le voit pas). J’ai fait quelques photos mais il faut que je les trie…Le sable est très fin et il y a un grand plateau continental pour marcher dans l’eau. Elle est un peu froide mais c’est bon pour la circulation. Nous étions près du muret qui nous protégeait légèrement du vent. J’aime bien écouter le bruit des vagues, j’ai un disque où il y en a et j’écoute ça quand je suis fatiguée….

Le midi nous avons déjeuné dans un restaurant et mangé des coquilles Saint-Jacques qui étaient bien cuisinées, et de la glace en dessert.Nous sommes allés en matinée puis en après-midi pour nous baigner car nous étions allés à l’église le samedi.Le problème était pour replier la guitoune de plage car si elle se déplie quand on l’agite d’un coup sec,il n’y a pas d’instructions pour la replier. J’ai donc demandé de l’aide à des voisins qui avaient la même….Ils avaient un petit poupenn mignon comme tout qui devait avoir un an tout au plus et qui jouait avec le sable. Il y en avait un aussi qui était avec ses parents dans l’eau et qui poussait des petits cris, il s’éclatait et ne voulait pas sortir. J’aime bien les bébés, j’ai hâte d’être granny mais c’est pas pour maintenant car mes deux filles étudient….

Je profite que mon chéri soit à son atelier et ma fille chez ma mère à la campagne pour faire du rangement, mais comme il fait chaud c’est fatigant.J’ai sorti la colonne pour avoir un peu d’air frais et après le déjeuner je regarde un peu le tour de France à la télé pour les paysages et les commentaires de Paulo la science car nous savons que les dés sont pipés…Voilà, pour le reste nous allons à la « Saint reste ici », comme disait ma grand-mère quand on lui demandait où l’on partait en vacances…  

Publicités

Publié 16 juillet 2013 par korriganebleue35 dans Non classé, Sorties, excursions, Vie quotidienne, Voyages

Tag(s) associé(s) :

Silence au désert, pour Arlette…Année 2 semaine 13


Dans ce monastère du Sahara où sur une ETENDUE

immense tu vois du sable à perte de vue, tu peux

prendre de la HAUTEUR et TE LIVRER à la méditation.

Tu fuis ton quotidien avec certaines personnes

superficielles qui ne sont émues que par du

SENSATIONNEL. Un SILENCE absolu, le seul BRUIT que

tu entends est celui de ton souffle. Tu PROFITES de ce

calme pour te ressourcer…Des pensées FUSENT

dans ta tête et tu as beau essayer de les chasser, elles

reviennent, telles un vent VIOLENT.Ton coeur CHAVIRE

devant une telle beauté… Tu peux t’adonner

à ton passe- temps FAVORI : contempler les étoiles et

voir combien tu es PAUVRE devant cette nature

inhospitalière mais fascinante…

Publié 14 septembre 2012 par korriganebleue35 dans Ateliers divers, Mes poèmes...

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

Avec des QUE, quoi faire ????Pour Ghislaine…


Quelle aubaine que ce choix de mots proposés par l’atelier de Ghislaine. Cette canicule rend mon cerveau en

loques et j’ai l’impression qu’il se transforme en fromage blanc. J’avais envie cependant de vous raconter l’histoire

de ces personnes abouliques venant faire les mollusques sur nos plages afin de respirer l’air océanique, bien que nous

soyons sur les bords de la Manche….. Après un chemin  de lentisques, où les dunes départementales sont le régal

des amateurs de botanique,  il est facile de voir cet étalage anatomique, qui mériterait une étude anthropologique

approfondie. On peut voir aussi un phoque au loin, à moins que ce ne soit un veau marin…

On peut voir aussi des paquebots au loin ou des ferry qui partent vers l’Irlande.La marée est basse mais ce n’est

pas un coin à coques ni à couteaux. Le sable est vert par endroits que tapissent des algues, des posidonies ou des

laitues de mer…

Certains se livrent aux divers plaisirs aquatiques, d’autres sont au loin sur des voiliers. On peut voir aussi des

barques, même une vaquelotte et une vieille bisquine de Cancale… Il y a même quelques embarcations de pêche

pélagique classique au loin.

D’autres personnes , totalement asthéniques, sont ataviquement accrochées à leur serviette pour se transformer

en couleur bisque de homard, telles des berniques sur leur rocher.Il y en a de toutes les formes : certaines,

telles  des odalisques mauresques, des squelettiques, des bronzées depuis quelque temps et d’autres blanches

comme des cachets d’aspirine. Des jeunes se croient encore aux jeux olympiques et jouent au beach volley, des

breloques en plastique à leur poignet…Certains regardent avec des mimiques simiesques et lubriques  les femmes,

instinct archaïque et ancien de mâle cherchant à dominer. Athlétiques, ils montrent fièrement leurs tablettes de

chocolat, faisant la nique à certaines jeunes aux maillots excentriques, mais les donzelles s’en fichent royalement.

Un peu plus loin, une baraque  vend des salades, des sandwichs et boissons fraîches…

Je m’en méfie toujours un peu, je ne crois pas que leur conditionnement soit très hygiénique. Difficile de se garer

avec la camionnette, ils mettent des portiques partout qui nous empêchent de passer. La départementale est tellement

peu large que le croisement à deux véhicules est difficile voir quasi impossible.

Hors de question de faire la crêpe au soleil par cette canicule, je vais dans l’eau faire des arabesques et de la

gymnastique aquatique, portée par le courant favorable. D’aucuns prétendent que c’est bénéfique pour la santé,

mais je recherche la détente avant tout.

Mais la marée monte et il ne faut pas se laisser emporter, elle est fantasque et rapide comme un cheval au galop ;

il faut dire que le Mont Saint Michel n’est pas loin. Le temps du retour a sonné, il faut songer à ré-intégrer nos

pénates et à affronter la circulation…. J’éspère que mon petit récit ne vous a pas mis la tête comme une pastèque

et que vous avez été séduits par ma Bretagne.

PS : pas de logiciel pour les mots ; juste mon cerveau ramollo et mon dico….

Publié 20 août 2012 par korriganebleue35 dans Ateliers divers, Mes poèmes..., Voyages

Tag(s) associé(s) : , , , , , ,

MUMU’S 52 Balade en Pen Ar Bed


Essais ci-dessus avec le Logiciel « The GIMP », ce n’est qu’un début…Vue aérienne de
Beg Meil et en coin la plage de dunes et le Sémaphore…

RÉSULTAT :

Je me vois mal RENONCER à ces balades de fin de semaine, en route vers Pen Ar Bed,

(pointe du Finistère, se traduit en breton par « Bout du Monde »)  bénie et arrosée

par les embruns, avec comme seul bruit le chant des MOUETTES amoureuses, leur tête entourée

de noir. Hors de question pour moi de rester affalée sur le sable, les LUNETTES noires  pour me

cacher de Dieu sait qui, et un chapeau de soleil façon sombrero mexicain. J’AIME  plutôt crapahuter

sur les rochers qui entourent le sémaphore de Beg Meil,marcher sur le sentier des dunes, mes 

ORTEILS tamisant le sable à chacun de mes pas. Au loin le  PHARE des Glénans nous fait signe à

travers la brume du soleil levant, pendant que les lapins font sur la pelouse une ronde savamment

orchestrée. Pour arriver à notre sentier, une route magnifique bordée de rhododendrons aux mille

couleurs nous fait une sorte de haie d’honneur. Le matin la messe a un certain cachet, nos

chants accompagnés par le vieux curé qui pédale sur son harmonium datant au moins de

Mathusalem ….

Cette pause salutaire nous permet de RÉFLÉCHIR sur notre vie agitée.  Après sur le parvis de

l’église, étape obligée : le marché avec ses produits locaux :

-sucrés : caramalo (caramel au beurre salé en pot à tartiner), lichouzic (galettes aux pépites de

chocolat et beurre salé), baramel  breizh (pain d’épice breton au miel) , salidou (caramel au beurre

salé)

– salé : andouillettes, andouillons incrustés de lardons(plus petits pour l’apéro), andouille de

Guéméné sur Scorff qui n’est pas bien loin…Voilà de quoi nous rendre le SOURIRE après

notre semaine survoltée où tous courent après leur ombre en se croyant productifs….

.

Il neige….


Quand j’étais plus jeune, nous récitions ce poème de Verlaine que j’aimais beaucoup, aussi je le fais apparaître ici. En arrière plan vous aurez reconnu nos alignements de Carnac enneigés (mais oui…). Nous avons un peu de neige ici, un petit vent de Noroit, du coup je reste au chaud…Le vent crie entre les immeubles…

Dans l’interminable ennui de la plaine

Dans l’interminable
Ennui de la plaine
La neige incertaine
Luit comme du sable.
⁓•⁓⁕⁓
Le ciel est de cuivre
Sans lueur aucune.
On croirait voir vivre
Et mourir la lune.
⁓•⁓⁕⁓
Comme les nuées
Flottent gris les chênes
Des forêts prochaines
Parmi les buées.
⁓•⁓⁕⁓
Le ciel est de cuivre
Sans lueur aucune.
On croirait voir vivre
Et mourir la Lune.
⁓•⁓⁕⁓
Corneille poussive
Et vous, les loups maigres,
Par ces bises aigres
Quoi donc vous arrive?
⁓•⁓⁕⁓
Dans l’interminable
Ennui de la plaine
La neige incertaine
Luit comme du sable

             ⁓•⁓⁕⁓

Publié 5 février 2012 par korriganebleue35 dans Non classé

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :