Archives du tag ‘Yeux jaunes

Poésie sur les chats


1°)Ma santé est toujours délicate. Un filet de voix est réapparu, mais ce n’est pas encore au top,

j’ai une machine d’aérosols pour me distiller de la cortisone le matin et le soir, et des antibiotiques.

J’ai réservé une mini-cure pour les voies respiratoires dans une station thermale en Provence pour la

semaine 30 et tout est decker, je n’ai plus qu’à compter les heures pour mes vacances. J’ai installé un

logiciel compte à rebours qui affiche au démarrage de l’ordinateur le nombre de jours qu’il me reste.

Aujourd’hui, mère indigne : mon chéri est chez sa mère en Normandie, ma fille est chez son père, je goûte

les joies de la grasse matinée, de papouiller les chats, du silence….

2°)Vous savez tous que je poétise à mes heures et que j’aime aussi celle des autres. C’est ainsi que je

vous ferai partager quelques morceaux de mon anthologie personnelle. Je vais vous faire partager une

poésie de Pablo Neruda, qui pourtant aimait davantage les chiens à ce que l’on dit. Il vécut de 1904 à 1973,

il est  Chilien. Il est surtout connu pour son œuvre « El Canto General » qui a été censurée dans son pays.

Il a obtenu lePrix Nobel de littérature en 1971.

Voici son poème, et illustration sonore par le duo des chats de Rossini,

chanté par Elisabeth Schwarzkopf et Victoria de Los Angeles…(C’est mon côté facétieux qui ressort). :

ODE AU CHAT

Au commencement
les animaux furent imparfaits
longs de queue,
et tristes de tête.


Peu à peu ils évoluèrent
se firent paysage
s’attribuèrent mille choses,
grains de beauté, grâce, vol…
Le chat
seul le chat
quand il apparut
était complet, orgueilleux.
parfaitement fini dès la naissance
marchant seul
et sachant ce qu’il voulait.

 ⁓ ૐ⁓

L’homme se rêve poisson ou oiseau
le serpent voudrait avoir des ailes
le chien est un lion sans orientation
l’ingénieur désire être poète
la mouche étudie pour devenir hirondelle
le poète médite comment imiter la mouche
mais le chat
lui
ne veut qu’être chat
tout chat est chat
de la moustache à la queue
du frémissement à la souris vivante
du fond de la nuit à ses yeux d’or. 

⁓ ૐ⁓

Il n’y a pas d’unité
comme lui
ni lune ni fleur dans sa texture:
il est une chose en soi
comme le soleil ou la topaze
et la ligne élastique de son contour
ferme et subtil
est comme la ligne de proue d’un navire.
Ses yeux jaunes
laissent une fente
où jeter la monnaie de la nuit. 

⁓ ૐ⁓

 

Ô petit empereur
sans univers
conquistador sans patrie
minuscule tigre de salon,
nuptial sultan du ciel
des tuiles érotiques
tu réclames le vent de l’amour
dans l’intempérie
quand tu passes
tu poses quatre pieds délicats
sur le sol
reniflant
te méfiant de tout ce qui est terrestre
car tout est immonde
pour le pied immaculé du chat.

⁓ ૐ⁓

Oh fauve altier de la maison,
arrogant vestige de la nuit
paresseux, gymnaste, étranger
chat
profondissime chat
police secrète de la maison
insigne d’un velours disparu
évidemment
il n’y a aucune énigme
en toi:
peut-être que tu n’es pas mystérieux du tout
qu’on te connaît bien
et que tu appartiens à la caste la moins mystérieuse
peut-être qu’on se croit
maîtres, propriétaires,
oncles de chats,
compagnons, collègues
disciples ou ami
de son chat.

⁓ ૐ⁓

Moi non.
Je ne souscris pas.
Je ne connais pas le chat.
Je sais tout de la vie et de son archipel
la mer et la ville incalculable
la botanique
la luxure des gynécées
le plus et le moins des mathématiques
le monde englouti des volcans
l’écorce irréelle du crocodile
la bonté ignorée du pompier
l’atavisme bleu du sacerdoce
mais je ne peux déchiffrer un chat.

⁓ ૐ⁓

Ma raison glisse sur son indifférence
ses yeux sont en chiffres d’or.

Et moi j’ai deux tigres de salon, empereurs des câlins, grands séducteurs et donneurs d’amour.

D’aucunes mauvaises langues me disent que c’est à cause d’eux que je suis malade, mais j’ai

toujours eu des chats…Ils sentent que quelque chose ne va pas et sont adorables, alors que

les humains se serviraient de ça pour nous mettre un peu plus la tête dans le sable….

%d blogueurs aiment cette page :