Archives du tag ‘breton

C’est Noël !!!!


Enfin c’est Noël. Je suis toujours un peu stressée avec la préparation, d’être sûre que j’ai trouvé le bon cadeau pour mes filles….Hier nous sommes allées à la messe des familles car j’étais trop fatiguée pour aller à la messe de Minuit, mais, comme tous les ans, vous pouvez voir ma crèche. Vous pourrez voir quelques santons bretons, avec le curé, les joueurs de bombarde, de biniou, l’enfant de choeur et le porteur de bannière. Il y a aussi la dentellière belle iloise, la lingère qui transporte sa lessive et, petite espièglerie, le santon au cagadou…..La musique est du chant grégorien, celui de la nuit bien entendu….Joyeux Noël à tous et toutes, et mes pensées vont à ceux et celles que cette année a malmené.

Publicités

La Pentecôte, et la Saint Yves…..


Version grégorienne ci-dessous : 

Veni, Sancte Spiritus,
et emitte caelitus
lucis tuae radium.

Veni, pater pauperum,
veni, dator munerum
veni, lumen cordium.

Consolator optime,
dulcis hospes animae,
dulce refrigerium.

In labore requies,
in aestu temperies
in fletu solatium.

O lux beatissima,
reple cordis intima
tuorum fidelium.

Sine tuo numine,
nihil est in homine,
nihil est innoxium.

Lava quod est sordidum,
riga quod est aridum,
sana quod est saucium.

Flecte quod est rigidum,
fove quod est frigidum,
rege quod est devium.

Da tuis fidelibus,
in te confidentibus,
sacrum septenarium.

Da virtutis meritum,
da salutis exitum,
da perenne gaudium,

Viens, Esprit-Saint,
et envoie du haut du ciel
un rayon de ta lumière.

Viens en nous, père des pauvres,
viens, dispensateur des dons,
viens, lumière de nos cœurs.

Consolateur souverain,
hôte très doux de nos âmes
adoucissante fraîcheur.

Dans le labeur, le repos,
dans la fièvre, la fraîcheur,
dans les pleurs, le réconfort.

O lumière bienheureuse,
viens remplir jusqu’à l’intime
le cœur de tous tes fidèles.

Sans ta puissance divine,
il n’est rien en aucun homme,
rien qui ne soit perverti.

Lave ce qui est souillé,
baigne ce qui est aride,
guéris ce qui est blessé.

Assouplis ce qui est raide,
réchauffe ce qui est froid,
rends droit ce qui est faussé.

A tous ceux qui ont la foi
et qui en toi se confient
donne tes sept dons sacrés.

Donne mérite et vertu,
donne le salut final
donne la joie éternelle.

Hier , nous avons eu des confirmations avec l’Archevêque, 33 adultes et 1 jeune, ceci est la séquence que nous chantons après la deuxième lecture. Nous chantons le Veni Creator dans son entier pendant que les personnes sont confirmées. Ci-dessous :

 

 

Latin

Français

Veni, creator, Spiritus,
Mentes tuorum visita,
Imple superna gratia
Quae tu creasti pectora.
Qui diceris Paraclitus,
Altissimi donum Dei.
Fons vivus, ignis, caritas
Et spiritalis unctio.
Tu septiformis munere,
Digitus paternae dexterae.
Tu rite promissum Patris,
Sermone ditans guttura.
Accende lumen sensibus
Infunde amorem cordibus,
Infirma nostri corporis
Virtute firmans perpeti.
Hostem repellas longius
Pacemque dones protinus;
Ductore sic te praevio
Vitemus omne noxium.
Per te sciamus da Patrem,
Noscamus atque Filium;
Teque utriusque Spiritum
Credamus omni tempore.
Deo Patri sit gloria,
Et Filio, qui a mortuis
Surrexit, ac Paraclito
In saeculorum saecula.
Amen
Viens, Esprit Créateur,
visite l’âme de tes fidèles,
emplis de la grâce d’En-Haut
les cœurs que tu as créés.
Toi qu’on nomme le Consolateur,
Le don du Dieu très-Haut,
La source vivante, le Feu, la Charité,
L’Onction spirituelle.
Tu es l’Esprit aux sept dons,
le doigt de la main du Père,
Son authentique promesse,
Celui qui enrichit toute prière.
Fais briller en nous ta lumière,
Répands l’amour dans nos coeurs,
Soutiens la faiblesse de nos corps
Par ton éternelle vigueur !
Repousse au loin l’Ennemi,
Donne-nous la paix qui dure ;
Que sous ta prévenante conduite,
nous évitions tout mal et toute erreur.
Fais-nous connaître le Père,
révèle-nous le Fils,
et toi, leur commun Esprit,
fais-nous toujours croire en toi.
Gloire soit à Dieu le Père,
au Fils ressuscité des morts,
à l’Esprit saint Consolateur,
maintenant et dans tous les siècles.
Amen. 

Aujourd’hui, nous avons eu la cérémonie de la Pentecôte où nous avons eu une messe Pontificale avec l’évêque auxiliaire et confirmation de 26 jeunes des

écoles du centre ville et un adulte.

Pour nous le 19 mai est un jour spécial car c’est la Saint Yves, patron des bretons et des avocats. Voir mon billet sur le sujet : http://wp.me/p19Vi2-y.

C’est aussi la Gouel Breizh http://www.fetedelabretagne.com/internet/jcms/preprod_64028/accueil .La Gouel Breizh est un ensemble d’événements pour

fêter la Bretagne, allant du concours de sonneurs, aux marchés du terroir, à la création d’un street map google en breton, à des repas festifs dignes des

banquets des gaulois d’Astérix, des animations pour les enfants. Cela se passe dans tous les endroits où se trouvent des bretons, dans plusieurs pays, 160 villes

dans le monde. Cela se termine par un fest-noz géant et cyber fest noz le 25 mai.  

Le concert, pour MUMU…..


Il fallait s’asseoir dans le FOIN pour admirer sur scène un SPÉCIMEN tout à fait sympathique de notre

musique traditionnelle celtique. Le chanteur chef du groupe avait un ZELE tout particulier pour nous montrer

des instruments aussi divers qu’hétéroclites,certains étant même de sa fabrication. Pas étonnant, qu’avec

des chapeaux excentriques, des costumes tout autant exotiques les uns que les autres, avec des

PERFORMANCES instrumentales monstrueuses, accompagnés par l’ ORCHESTRE  symphonique des pays

de Loire, qu’ils fassent un carton et soient considérés comme la COQUELUCHE de tout breton qui se

respecte !!!Les journalistes de la feuille de chou locale avaient du biscuit à se mettre sous la dent pour faire

un ARTICLE d’enfer. D’ailleurs cela ne manquait pas de papiers dithyrambiques à chacune de leurs

apparitions…Et, comme d’habitude, l’ EAU du ciel se mettait à tomber, comme si tout le panthéon celtique

donnait sa bénédiction. Il fallait bien arroser les 40 ans de scène de ce groupe que vous aurez tous reconnu

et dont je tairai le nom….Qui n’a pas fredonné une fois « les prisons de Nantes » ou « la jument de Michao » avec

l’accent ????(non, je n’ai pas fait de faute, le correcteur tu arrêtes de mettre du rouge, les noms propres

n’ont pas d’orthographe !!!)

SOIR D’AUTOMNE


Comme chacun le sait, j’aime beaucoup la poésie. Aussi

je vous partage un texte d’un grand poète breton

du siècle dernier.

Il  racontait  simplement la vie quotidienne des gens…

SOIR D’AUTOMNE

L’automne est la saison dolente.

L’âme des labours assoupis
Berce d’une hymne somnolente
L’enfance des futurs épis ;

Et, triste, la mer de Bretagne
Se prend à gémir, dans le soir.
Par les sentiers de la montagne,
Commence à rôder le Mois Noir.

Et les cloches ont l’air de veuves,
Dans les clochers silencieux…
Nous n’irons plus aux aires-neuves !
Voici l’hiver, le temps des vieux.

Pour le départ des alouettes,
Tintent les glas des abandons.
Pleurez, ô chapelles muettes,
Les cierges éteints des Pardons !

… Avec les oiseaux de passage,
Les Clercs s’en vont aux premiers froids.
Ils emportent, selon l’usage,
Leurs livres, noués trois par trois.

L’automne est la saison dolente.
Les mères, sur le seuil, longtemps,
De leur bénédiction lente
Encouragent les hésitants ;

Car, près d’enjamber la barrière,
Plus d’un a suspendu son pas,
Comme si des voix, par derrière,
Lui chuchotaient : « Ne t’en va pas ! »

Anatole LE BRAZ (1859-1926)

Nuit magique, Manik Semaine 4….


Comme le temps PASSE… Mes SOUVENIRS se dissolvent dans la BRUME du soir sur ce lac autour duquel j’aime

marcher, avec dans mes écouteurs les BALLADES de Frédéric Chopin. POURQUOI j’aime cette MAGIE du lieu où tout

est CALME sans aucun BRUIT ? Sans doute parce que personne ne sait que je suis dans cet endroit. Pas de téléphone

car il ne passe pas, pas de gêneurs…Ces moments en fin de SOIRÉE ou en début de nuit sont des INSTANTS magiques

où BRILLE l’étoile du Berger. Je ne me lasse pas de voir et REVOIR cette BELLE forêt de Brocéliande et ses arbres

légendaires avec cette luminosité entre chien et loup…Mais ce soir est particulier. Ma patience a payé, la lune pointe le

bout de son nez et il va y avoir un Fest Noz ( Bal de Nuit en breton) sur la place à côté du lac de Paimpont. J’aime ces fêtes

de village pleines de GAITÉ où personne n’est exclu car tout le monde peut danser dans une ronde de fraternité et de

joie…C’est ce qui est agréable dans nos danses bretonnes. Maintenant je ne suis plus comme autrefois une reine de la

gigouillette ou du laridé, mais j’apprécie les Plinn, sorte de ronde. Mon chéri accepte finalement de suivre les conseils de

nos amis et finit par danser un an-dro où il se débrouille tout à fait bien…

Les « Bretonnismes »


Et oui, Colette a des expressions spéciales du Québec, ici nous avons les « bretonnismes ». Bien que dans les

écoles de la république il y avait marqué : « il est interdit de cracher par terre et de parler breton « , nous

avons traduit certaines expressions en français, et, certains messieurs de Paris les prononcent sans savoir

d’où elles viennent…Un écrivain du Finistère, Hervé Lossec, vient d’en mettre certains sur le devant de

la scène. Je vous livre une compilation extraite de notre quotidien régional :

« Jean est autour de ses vaches. ».

Bien sûr il ne s`est pas enroulé autour d`une bête à cornes

mais il s`en occupe tout simplement. C`est la traduction littérale de : Yann a zo war-dro e

saout. Le verbe être (conjugué en zo) et modifié par une préposition (ici : war-dro, autour)

offre toute une palette de possibilités en breton, mais la traduction mot à mot réserve bien

des surprises

« Casser la soif. ».

Belle expression imagée comme seule la langue bretonne peut en faire.

Traduction littérale de terriñ ar sec’ched, tout comme casser la faim terriñ an naon

Même si en français, on peut casser bien des choses, comme la dalle ou la graine,

on ne peut qu’étancher ou apaiser sa soif.

 

« Celui-ci est arrivé grand maintenant. »

Comprendre : il a grandi ces derniers temps, dit-on en voyant un enfant, par exemple. Traduction littérale

de hemañ zo erruet bras bremañ. En breton, le verbe arriver (errruet) a aussi le sens de devenir.

 

« Je suis content d’aller avec toi. »

En breton Kontant on da vont ganit. C’est-à-dire : Je suis d’accord de

t’accompagner. Le mot Kontant signifie ici, être d’accord, bien vouloir ou accepter.

En breton, comme pour d’autres langues, il faut se méfier des faux-amis.

« Jamais autant. »

Traduction littérale de Biskoazh kemend-all ! Ce qui correspond à : c’est inouï,

c’est incroyable, quel culot ! Cette expression bretonne, en principe intraduisible,

est aussi utilisée telle quelle, ou abrégée en biskoazh. Ce qui est intéressant

et surprenant à la fois c’est de constater dans la traduction l’association de 2

mots exprimant des idées contraires. Le breton n’a pas fini de nous étonner.

« La moitié plus. »

En breton An hanter muioc’h. Ce qui correspond à : deux fois plus. En partant du chiffre dix par

exemple, La moitié plus fera vingt pour un breton alors qu’un français obtiendra quinze. Par

contre La moitié moins donnera le même résultat en breton et en français. Le breton est parfois

malicieux.

« Attention de tomber ! »

C’est exactement l’inverse de ce que l’on veut exprimer Attention de ne pas tomber. Traduction

du breton diwall da gouezhan ou taol evezh da gouezhan. Diwall et taol evezh exprimant déjà

attention de ne pas il n’a pas semblé, sans doute, utile, d’ajouter la négation au français local.

« La porte est clétée. »

Traduction ici du participe passé breton prennet, fermé à clé. C’est concis et précis. Mais le français

standard oblige à passer par une périphrase : la porte est fermée à clé. Des variantes existent aussi

dans des parlers régionaux (clencher, cleyer), le breton est riche et varié.On dit aussi crouillé en gallo.

« Celui-là va attraper son pegement avec moi ! »

Ici , il y a plusieurs bretonnismes qui s’associent. Intéressons-nous à pegement, qui signifie combien en

breton. Attraper (recevoir) son pegement, c’est en quelque sorte dire à quelqu’un combien je vais

t’attraper, je vais te remettre en place, te remonter les bretelles. Je me souviens que mon père utilisait

souvent cette expression qu’il avait souvent entendu dans son enfance. L’héritage.

« J’ai été mordu avec le chien. »

En breton, on use et abuse de la forme passive. On exprime le résultat de l’action plutôt que son déroulement. La forme passive nécessite l’emploi de la préposition avec , ce qui explique son emploi fréquent en breton et du coup en français local. Ici c’est la traduction de Kroget on bet gan ar ch’i. Littéralement : mordu j’ai été avec le chien. Phrase à inverser, en français standard : le chien m’a mordu.

« J’ai mis mon nom pour partir en voyage. »

C’est la traduction littérale de Lakaet em eus va ant evut mont da veajiñ. Type de phrase que l’on entend

encore très souvent même dans la bouche de personnes ne connaissant pas un mot de breton. Le français

dira : je me suis inscrit pour partir en voyage, moins poétique…

« N’oubliez pas de tirer vos chaussures ! »

Traduction du verbe breton tennañ qui s’utilise dans un sens plus large qu’en français académique.

Ici pour dire : enlever, ôter. Mais tirer peut aussi signifier prendre ou encore arracher. On tire bien

les patates chez nous !

« Y’a eu du reuz ! »

Voilà un mot que l’on glisse volontiers dans les conversations, par malice ou connivence. Il y a eu du reuz :

du bruit, de l’agitation. Reuz ou encore freuz (tumulte, destruction) pourrait d’ailleurs remplacer

avantageuseument le terme anglais buzz. Le français s’est construit à partir des langues régionales,

pourquoi ne pas y puiser encore pour l’enrichir.

« Tos-tos. »

Un joli mot breton pour dire : auto-tamponneuses. Ce dernier était sans doute jugé trop long.

On lui a donc préféré un dérivé du verbe breton tosañ qui signifie : choquer, heurter. Ce verbe

a par ailleurs été francisé en tosser, signifiant la même chose mais employé dans le domaine

maritime uniquement : le bateau a tossé le quai.

« On a eu du goût ! »

Ce n’est pas du tout dans le sens français de goût, mais une traduction de plijadur a zo bet. Traduction

mot à mot : Du plaisir on a eu. A comprendre ici dans le sens de On s’est bien amusé, on ne s’est pas ennuyé.

Autre exemple d’emploi similaire : Celui-là c’est un drôle ne veut pas dire comique comme en français

mais : bizarre, étrange, un peu dérangé. C’est le sens breton de drol.

« J’irai avec toi, aussi vite. »

Ne veut pas dire : je t’accompagnerai aussi rapidement mais à peu près ceci : sans doute, tout aussi bien,

pour un peu, il s’en faudrait de peu. Aussi vite employé couramment ainsi est une traduction, mot à mot,

de ken dillo ou de ken buan all, mais avec un sens figuré en breton uniquement.

« Tu as un crayon avec toi ? »

Traduction littérale de Ur c’hrelon a zo ganit ? C’est précis mais incorrect en français. La langue bretonne

fait la différence entre possession absolue et possession momentanée. On peut posséder un crayon mais

ne pas le détenir sur soi au moment où l’on vous le réclame.

« A Ploudaniel, je vais ! »

Phrase révélatrice de la syntaxe bretonne qui met en tête l’élément important de le phrase,

celui qui répond directement à la question posée. Cette heureuse liberté lui donne plus de

précision et d’expressivité, très éloignée du sacro-saint sujet-verbe-complément relativement

figé du français. Pour exprimer, par exemple, Je vais à Ploudaniel, il n’y a pas moins de huit

possibilités différentes en breton et une seule en français ! Amusez-vous à les recenser ou

demandez à votre voisin. Pour ma part, j’ai une amie qui me propose souvent Un café, tu auras ?

« Causer il fait, mais travailler il ne fait pas ! »

Encore un bel exemple de la souplesse de la syntaxe du breton. En gallo : « Grand bavoux, petit faisou! »

C’est la traduction exacte de : Kaozeal a ra, met labourat ne ra ket !.La phrase commence par un infinitif

associé à l’auxiliaire ober (faire) conjugué ici en a ra pour mettre l’action en relief. Cette façon de procéder

donne des phrases étonnantes et amusantes.

« Il y a eu du bruit avec eux. »

Traduction de trouz a zo bet ganto : du bruit il y a eu avec eux (ils ont fait du bruit). La préposition

avec gant est omniprésente en breton du fait de l’emploi immodéré de la forme passive et se retrouve,

en conséquence, en français local. On lui attribue les différents sens habituels du avec français, mais

aussi la valeur de : par, chez, de, et, à cause de, au moyen de, à, en, même, que, contre, pour, sur…

Lorsque l’on peut remplacer << avec >> par une de ces prépositions, le bretonnisme est avéré.

Une fois la phrase traduite, il convient parfois de modifier le verbe ou d’inverser les mots

(ce qui est le cas ici).

« Mets-lui un coup donc ! »

Ne craignez rien, on ne va pas vous frapper. C’est simplement la traduction littérale de Laka

ur banne dezhañ, ta ! signifiant : sers lui donc un verre ! A la différence du français, le breton

oppose ce qui est liquide, banne traduit par << coup >> à ce qui est solide, tamm, soit un bou

t ou un morceau. Si l’on vous propose un coup de fort, ur banne hini kreñv, il s’agira d’alambic

ou d’alcool fort.

« Celle-là, c’est une pikez ! »

Pikez, nom breton de la pie-grèche, et au figuré : chipie, coquine, commère, qui adore lancer des piques ou des coups

de becs acérés comme celui de la pie. Bizarrement, ce mot n’a pas d’équivalent masculin. Plusieurs mots bretons, courts

en général, ont ainsi été conservés dans notre parler local et c’est heureux car il faudrait parfois une phrase complète

pour traduire avec exactitude toutes leurs nuances. Ils sont irremplaçables.

« Attraper »

En Bretagne bretonnante, c’est spontus (terrible) tout ce que l’on peut attraper. Mais parfois on ne peut pas

attraper partout (on ne peut pas tout faire !). Au lieu de prendre, on attrape froid, un rhume, chaud, une suée…

Un enfant peut même attraper avec son père : se faire gronder. On peut aussi attraper le train à Landerneau…

Ou pire un accident ! Traductions exactes du verbe pakañ ou de son synonyme tapout.

« Pour maintenant, il doit être arrivé ! »

Calque du breton, a-benn bremañ pour dire << à présent >>. Au futur, on dira : Pour alors

(d’ici là), il sera arrivé, traduction de a-benn neuze. D’autres exemples d’emploi de prépositions

ou adverbes. << Il fait froid de retour ! >> (de nouveau), traduction de en-dro qui a les deux

sens en breton. << Je suis venu ici encore ! >>, à la place de << déjà >> c’hoazh a aussi les deux

sens. << Il n’est pas venu ici, toujours ! >> pour << en tout cas, assurément >>, traduction de

bepred qui s’utilise aussi dans les deux sens.

« Qu’est-ce que tu auras ? »

Traduction mot à mot de Petra po ? Plus souvent transformé en << Qu’est-ce que tu prendras ? >>. En breton,

on emploie le futur, appelé futur proche, pour exprimer une invitation, une incitation, un souhait ou une envie.

Là ou un francophone utilise le présent et dit << Qu’est-ce que tu prends ? >>. Autre version, plus familière :

<< Qu’est-ce qui ira avec toi ? >> issue d’une autre formulation typiquement bretonne, petra az aio ganit ?.

« Il est parti avec le cancer »

Phrase parue récemment dans la rubrique nécrologie d’un quotidien régional. On devrait toutefois

s’en réjouir car en première lecture, nous voilà débarrassés enfin de ce terrible fléau. Mais, hélas

ce n’est pas le malade qui a été emporté par le cancer, c’est le cancer qui l’a emporté. Cette traduction

correspond mot à mot à la formulation bretonne.

« Celui-ci n’est pas bien ! »

Il faut comprendre : il est un peu dérangé. En français local, on emploie souvent celui-ci ou celle-là à la place

de lui, il ou elle. Copie conforme du breton où le pronom démonstratif, plus précis, joue souvent le rôle de

pronom personnel. On peut s’adresser ainsi, de façon familière, directement à quelqu’un à la troisième

personne, en gardant même parfois en prime le pronom personnel. << Celui-ci, il a grandi ! >>

« Ruser ses pieds »

Ce n’est pas du tout le sens du français << ruser >>, mais du verbe breton rusañ, francisé et signifiant

tout à la fois : traîner ou glisser en faisant du bruit. Ce n’est donc pas surprenant que l’on ait francisé

rusañ, plus concis et expressif. Il faut aussi noter l’usage du pronom possessif calqué sur le breton.

Plusieurs générations d’écoliers bretonnants se sont fait taper sur les doigts pour ne pas avoir utilisé

l’article défini (ici : les) de règle en français dans un tel cas.

« Il n’y a plus rien de toi ! »

Voilà une phrase mystérieuse pour un nouvel arrivant en Basse-Bretagne. C’est la traduction

mot à mot de n’ez eus netra ken ouzhit pouvant se traduire par : tu as maigri, fondu ! Plusieurs

phrases complètes, transposées du breton sont ainsi passées dans notre parler courant. Ainsi,

par exemple : << Le lait est venu au feu >> soit : le lait a bouilli, la casserole a débordé. Ou

<< Tout est parti avec lui >>, il a tout emporté, tout mangé (Aet eo tout gantañ). Ou encore,

<< Les fleurs sont parties avec le gel >>, elles ont gelé.

 

« C’est pas mal ! »

Traduction en langage courant de N’eo ket fall !. Mais il faut comprendre :

c’est très bien, voire excellent. En breton, il est courant d’utiliser la litote.

Des textes anciens l’attestent et son usage, de nos jours, en français de Basse-Bretagne,

serait plus fréquent qu’ailleurs, selon les linguistes. En engageant une

conversation à propos du temps, ne vous étonnez donc pas d’entendre

comme réponse << Y’a pas à se plaindre ! >> (n’es eus ket da glemm !),

même si le soleil brille vailamment dans un ciel bleu azur.

« J’ai mis ma veste en pendant »

Elle est donc accrochée, en suspens, suspendue. C’est une traduction directe de a-istribilh.

Cet adverbe breton a aussi trouvé une autre vie en français local sous la forme de en distribill

pour signifier : en désordre, inachevé, resté en panne. On dit aussi que quelqu’un est en distribill

quand il marche tou a-dreuz (de travers, de guingois) ou encore qu’il part en pilhoù (chiffons, loques),

donc qu’il est mal fagoté, qu’il va en déconfiture.

« C’est justig ! »

C’était donc à peine suffisant, tout juste, voire même ric-rac !. La terminaison en ig

(ik s’il s’agit d’un adjectif) est, en breton, la marque d’un diminutif, de la forme affective.

Petit Pierre se dit Perig. En l’ajoutant à des mots français ou bretons, elle permet de mieux

nuancer son sentiment avec souvent une pointe d’ironie et surtout une grande complicité.

Ces mots usuels sont souvent écrits à la française : justique, tristique…

« Celle-là a été au lit 15 jours avec le docteur et il ne lui a rien fait ! »

Comprendre : le docteur lui a prescrit de garder le lit et elle n’est toujours pas guérie. Type de phrase

faisant toujours beaucoup rire et traduction littérale du breton. Tout comme cet adolescent qui

affirmait : On m’a dit d’aller au lit avec la bonne soeur. Phrase à inverser , pour éviter toute ambiquïté,

car c’est bien la religieuse qui lui avait ordonné d’aller se coucher.

« Jeter de l’eau sur le corps »

C’est-à-dire : faire une visite mortuaire lors de laquelle le premier geste consistait à asperger le corps

du défunt d’eau bénite. A l’époque, on se rendait à domicile dire sa prière avec le mort (lavaret e bater

gant an hibi marv). Les temps ont changé mais en milieu rural et dans les petites villes où tout le monde

se connait, il reste un rite immuable : celui de regarder en premier les morts (la page des obsèques)

sur le journal.

« Il va trouver grâce »

Il va trouver grâce d’avoir de l’aide, par exemple. Le mot grâce est souvent employé chez nous, bizarrement,

dans le sens breton de la locution kavout gras). Mot à mot : trouver du soulagement (être soulagé).

En français, << trouver grâce >> signifie : plaire, être pardonné, gagner l’indulgence de quelqu’un.

C’est ce que l’on appelle une formule a-dreus (de travers, ici dans le sens de bancale).

« Tu mets de l’eau à celui-là alors que tout le monde sait qu’il est parti avec le vin ! »

Réflexion authentique d’une pikez (commère, chipie) à une brave qui arrosait les fleurs

sur la tombe de son défunt mari. Voua aurez compris que ce dernier n’est pas mort de soif,

bien au contraire. Cette phrase est un petit concentré de bretonnismes sympathiques.

Autres bretonnismes glanés ici ou là :

Lonker : du verbe lonkan, avaler comme un glouton, engloutir, boire avec excès. Un lonker

est donc un soiffard, un ivrogne. Celui-là il a pas été long a lonké sa vie comme une barrique.

Dresser : dans le sens de corriger. Si tu rentres pas frais du Réveillon, sûr que ton père sera pas long à te dresser !

Il n’y a plus rien de toi ! :

tu as maigri fondu ! Dans la même veine on trouve : le lait est venu au feu.

Il est complètement dans le lagenn (se prononce lag guen) après avoir pris une

chidourn au bourg : être dans une fâcheuse situation après être rentré aviné du bourg.

Chourer : caresser, flirter. Rien à voir avec l’argot voler, dérober. C’est pas pour dire

mais y’en a des qu’on voit chourer dans les ribin plus souvent qu’à leur tour.

« Envoyer »

L’usage local de ce verbe étonne beaucoup les visiteurs mais fait aussi peur aux puristes locaux. A tel point

qu’ils évitent de l’employer, même à bon escient. Qu’ils soient rassurés, on peut envoyer une lettre, un

cadeau par la poste, comme on envoie un mail ou des nouvelles à ses amis, les enfants à la mer ou chez

la grand-mère. Trop compliqué ? Alors, dans le doute, continuez d’envoyer vos affaires avec vous, ou

encore un cadeau à un ami, même si vous le lui remettez en mains propres ; et si quelqu’un vous dit :

« Ce n’est pas français ! », envoyez-le paître. 

 

« Envoyer (suite) »

Dialogue entre un breton et un fonctionnaire nouvellement nommé chez nous montrant

quelques emplois a-dreuz (de travers) du verbe « envoyer » : « Bonjour Monsieur, vous avez

vu la lettre que je vous ai emmenée ? » « Non », répond le fonctionnaire tout en pensant « Mais

comment peut-il penser que j’ai pu déjà lire cette lettre qu’il m’apporte ? ». Il se hasarde donc

à demander diplomatiquement : « Vous l’avez apportée cette lettre, alors ? » Étonnement de

notre compatriote : « Ben, non, je ne l’ai pas envoyée avec moi puisque je l’ai emmenée par la poste. »

« L’Ouest-France est tard ! »

Normal puisque la distributrice de journaux était tard, elle aussi. Ce qui est exceptionnel. Mais la

voisine était tôt à se lever comme d’habitude. Tard ou tôt, en français sont des adverbes qui ne

peuvent être employés comme adjectifs attributs du sujet. Leur emploi correspond ici à celui

d’Ar gazetenn azo diwezhat (le journal est tard : en retard, tardif). ou l’inverse abred (tôt : de

bonne heure). En français, quelqu’un ou quelque chose ne peut être qualifié de « tard ou tôt ».

Mais vous pouvez vous exclamer : « Oh là là, il est tard ! » En constatant qu’il est déjà 23 h 00

et plus que temps d’aller au lit.

« Je n’ai pas encore vu le facteur ce matin ! »

La syntaxe est correcte en français et signifie : je n’ai pas vu le facteur pour le moment. Donc,

il n’est pas passé, je le verrai quand il passera. Mon voisin breton, quant à lui, comprendra

ceci : une nouvelle fois, je n’ai pas vu le facteur (qui vient de passer) ou une fois de plus,

j’ai loupé le facteur. L’adverbe encore placé directement après la négation est pris ici dans

le sens breton de « adarre » (à nouveau, une fois de plus), une des deux traductions de

« encore », l’autre étant « c’hoazh« .

« Bon, moi je vais toujours ! »

Voila ce que peut dire un mari pressé ou impatient à sa femme qui traîne dans un magasin.

Ou la femme au mari en grande discussion avec ses amis au bar. Traduction exacte de :

« me’zo o vont atav » qui sous-entend pour un bretonnant « Bon, j’y vais ! (le y est souvent

omis chez nous) ou je pars dès à présent, immédiatement. Ou encore : je suis pressé,

je ne t’attends pas. L’adverbe toujours, contraction de « tous les jours », ne possède pas

« toujours ce sens en français.

« Mettre du sent-bon »

Traduction littérale de « lakaat chwezh-vat« . On met du sent-bon pour aller au « friko » (noce) ou « chourer« 

dans les « ribin » (flirter dans les chemins creux), par exemple. C’est donc, se parfumer et, le plus souvent,

de façon exagérée. De quoi s’entendre dire : « Gast ! (veut dire « putain! » comme interjection…) Ça sent bon

avec toi aujourd’hui, sûr que c’est ! » L’expression mettre du sent-bon est plutôt employée par connivence

ou plaisanterie. Elle est connue au-delà de la Bretagne bretonnante.

« Tu viens quand en retraite ? »

En effet, chez nous, bizarrement, on vient en retraite. On ne part pas, on ne va pas en retraite, comme

la plupart des français. Il faut y voir, sans doute, l’influence de l’utilisation de ce même verbe « venir »

dans les expressions bretonnes comme « war e leve » ou encore « dont e retred » soit, littéralement,

« venir sur ses rentes » ou « venir en retraite ». Si l’action est déjà passée, vous entendrez dire :

« Fanch Le Gall est venu en retraite le mois dernier, t’as pas su, don’ ! »

« Buzz ou reuz ? »

Plus de 4 000 mots anglais sont couramment utilisés sur Internet et dans les conversations

branchées. Le breton, dans sa modernité et sa concision, peut venir au secours du français

qui semble manquer de créativité pour faire face à l’envahisseur.(comme le québecois d’ailleurs…)

Exemple : buzz : reuz (bruit, chahut) ; clash : freuz (ruine, désordre, violence, destruction) ;

bug : a-dreuz ((de travers, à travers) ; talk : diviz (conversation, dialogue, entretien) ;

chat : flap (tchat) ; burning out : skuizh marv (fatigué (très f.), crevé (de fatigue)) ;

VIP : pennoù bras (chef, notable). Ou bilingues : overbooké grave : à bloc Jean Floc’h !

Connus de tous, ces mots sont bien plus expressifs et tout aussi concis que les mots anglais.

« Tout le monde a son billet dans le derrière, là-bas ? »

s’inquiétait un chauffeur de car en s’adressant de son poste de conduite, aux passagers assis à

l’arrière de son véhicule. Ainsi rassuré, il pouvait fermer la portière et démarrer son véhicule.

Il confondait simplement arrière et derrière a-dreñv qui ont quasiment le même sens en breton.

« Arrière – derrière (suite) »

Les voyageurs se pressaient devant la portière avant du car, ne sachant pas qu’à l’arrière une

porte latérale équipait maintenant ce véhicule tout neuf. Notre aimable chauffeur proposa tout

de go : « Attendez, je vais ouvrir mon derrière, comme ça ce sera plus facile à rentrer dedans.

. » Personne ne s’est offusqué. Phrase copiée sur le breton montrant la confusion fréquente

entre arrière et derrière tout comme l’emploi particulier du possessif.

« Tapez dedans ! »

Vous dit la maîtresse de maison en apportant le plat sur la table. Il faut comprendre :

servez-vous largement ! dans le jargon sportif, ce sera : produire un effort ; et dans le

domaine mécanique ; tirer sur un moteur, l’amener à son maximum; en breton, on peut

dire ainsi skoit-e-barzh (tapez dedans !) ou sachit ganeoc’h (tirez avec vous !), pour

souhaiter bon appétit.

« Vous êtes en même temps ? »

… demanda la vendeuse à deux clientes qui papotaient en attendant leur tour. Elle voulait dire « Vous êtes

ensemble ?« , bien sûr. « En même temps » peut également prendre le sens de « ce n’est pas étonnant car… »

Comme dans les phrases suivantes : « Il est mort jeune ! En même temps, il ne refusait jamais un coup à

boire. » Ou encore : « Elle a souvent mal à la gorge, en même temps elle n’allume jamais son chauffage.« 

« Un sac vide ne tient pas debout »

Encore une expression bretonne (ur sac’h goullo ne chom ket en e sav), couramment

employée dans sa version traduite mais non attestée en français. (ma grand-mère le

disait souvent pour nous faire finir les « platées » qu’elles nous avait préparé, ou : « tu as

des kilos à entretenir pour les plus gros…) C’est évident qu’il faut manger pour être en

forme, pour travailler, et cette expression ne déparerait pas dans les encyclopédies

françaises. On pourrait même y ajouter un complément ur sac’h re leun ne chom ket

en e sav kennebeut (un sac trop plein ne tient pas debout non plus !).

« Celui-là, il est toujours à randoner du matin au soir »

Ce n’est pas un marcheur impénitent, un adepte de la randonnée ou de la marche nordique, mais un

radoteur, un discoureur ennuyeux, un randoneur donc, avec un seul n. Mot construit à partir du

verbe randoniñ) du même sens. Il y a parfois des randonneurs qui sont randoneurs. Qu’est-ce qu’il

est rengaine dira-t-on alors, en utilisant bizarrement ce mot français comme adjectif. Le Grand

Larousse et le Petit Robert n’avaient pas prévu cela.

« J’ai presque envie »

Ce qui sous-entend l’inverse : je suis complètement décidé. L’expression est correcte

en français, mais dans notre région elle s’emploie surtout sous forme d’euphémisme,

pour faire comprendre beaucoup plus qu’on ne dit. Tout comme quand vous entendez :

« C’est pas mal » (n’eo ket fall), il faut comprendre : « C’est très bien, et même : super !

 » C’est une constante en breton. D’aucuns y voient toute l’expression de l’humilité

de la culture bretonne.

« Je vois le facteur qui arrive par la fenêtre »

Problème de syntaxe, et de plus, confusion, sans doute, entre par et à travers, se

traduisant par la même préposition en breton dre. Un autre classique, entendu du

côté de Douarnenez (29), où l’on cultive fièrement, et à juste titre, les particularités

linguistiques : fin de la journée de pêche, de sa maison dominant le port, une maman

appelle son fils : « Viens vite donc, mignon, viens voir ton papa qui rentre avec

son bateau par la fenêtre« .

« Il est interdit de changer de place aux chaises »

précisait une affichette placardée dans la cantine. Ce texte avait beaucoup

choqué un professeur de français, nouvellement nommé dans le Finistère.

Il avait raison. En effet, « changer de place » n’est pas attesté dans nos

dictionnaires. Eh, oui ! On devrait dire « changer les chaises de place » ou

 » changer la place des chaises » comme on change son fusil d’épaule et

non pas l’inverse sañset (parait-il).

« Changer de place, de côté »

En français, on ne peut pas changer de place à sa voiture ni changer de bout au bâton comme en

breton cheñch penn d’ar vazh ! En français académique peut-être, mais chez nous qui nous

l’interdira ? Tout comme ce promeneur qui, pour éviter de se retrouver nez à nez avec sa pikez

(commère, chipie) de voisine, n’avait pas hésiter à « changer de côte à la route« . Quand on y

réfléchit, c’était quand même entreprendre de gros travaux à cause d’une petite brouille.

« Être entre deux »

Hésiter, calque exact du breton bezañ etre daou. En français standard,

cette expression est toujours suivie d’un substantif « Avoir le cul entre

deux chaises », « Être pris entre deux feux ». On la trouve aussi avec un

article défini : « Entre les deux mon cœur balance » . Un breton qui est

entre les deux est hésitant ou ne se dévoile pas. Quand on le croise

dans l’escalier, par exemple, on ne sait jamais s’il est en train de

monter ou de descendre.

« Il a trouvé dur »

Utilisé, le plus souvent pour exprimer une peine, un grand chagrin atteignant le moral. « Il a trouvé

dur quand sa femme l’a quitté ». En breton, on utilise kavout diaes pour une peine morale et kavout

start quand il s’agit d’une difficulté physique. Les deux locutions se traduisant par « trouver dur » ce

qui peut expliquer l’emploi de « c’est dur » pour signifier « c’est difficile ». En français « dur » peut être

synonyme de « difficile » mais en étant suivi de « à » : être dur à comprendre, dur à la détente. En

principe, car sous l’influence de l’anglais « hard », cette règle est maintenant malmenée.

« Le « combien » tu es à l’école ? »

Calque de Ar pet amaout er skol ?. En langage populaire, il s’emploie en substantif

dans « Le Combien on est aujourd’hui ? » pour parler de date ou « Du combien vous

chaussez ? » pour la pointure ou la taille, mais pas dans le sens de place ou rang.

En français, on dit souvent le combientième, ce qui est admis mais considéré

comme maladroit. On devrait normalement dire « le quantième », mar plij !

Le « combien », c’est pas mal non plus !

« On n’a pas été ennuyé avec lui ! »

Pour exprimer que l’on s’est bien amusé, que l’on ne s’est pas ennuyé un seul instant en sa compagnie.

Un francophone comprendra qu’il ne nous a pas embêtés, importunés. Dans le même registre, si

« Jean n’est pas gêné avec Jeanne.« , c’est qu’il ne se soucie pas beaucoup d’elle. Et, si vous dites

« Je suis malade avec Jean chez nous.« , il ne faut pas déduire hâtivement qu’il y a deux personnes

malades à votre domicile mais que c’est votre Jean à vous qui vous rend la vie insupportable.

« Avec lui, le vin sera taillé. »

Il ne s’agit pas d’un vigneron travaillant du sécateur, mais d’un radin qui ne sert pas

beaucoup de vin à ses invités. Traduction du verbe tailhañ : mesurer, rationner. Ce

qui me rappelle, les propos de cet ouvrier agricole se réjouissant à l’avance d’aller

moissonner dans une ferme du voisinage, car là-bas le patron servait du vin à « perfusion« .

Ce n’est pas à proprement parler un bretonnisme, mais l’occasion était trop belle pour

placer cette superbe image. Autre particularité, l’emploi familier de « tailler » dans le sens

de déguerpir, foutre le camp. « On taille » quand ailleurs « On se taille ».

« Aller en riboul, aller en piste ! »

Riboul désigne, à l’origine, le passage étroit, difficile, tracé par le passage

d’animaux. De là à l’appeler « piste », il n’y a qu’un pas. C’est sans doute celui

qui a été franchi allégrement, dans nos villes, en pensant peut-être franciser

riboul. Alors, chez nous on va en piste, on taille en piste, on tire une piste

quand on sort, en bande généralement, en écumant les bars ou en

prolongeant jusqu’au bout de la nuit une soirée entre amis.

Expression française qui étonne nos visiteurs et introuvable

dans nos dictionnaires.

« J’ai été obligé de rire ! »

L’emploi du verbe « obliger » dans ce type de situation étonne, paraît-il, nos visiteurs. Tout le monde

comprend que l’on veut dire : « Je n’ai pas pu m’empêcher de rire ». Mais vu de l’extérieur cela

sous-entendrait aussi : « Ce n’est pas ma nature habituelle de rire, veuillez m’en excuser, mais là,

vraiment, je n’ai pas pu m’en empêcher ». Donc, rire, s’amuser n’est pas inscrit dans les gènes des

bretons et serait contre nature ? Ma, biskoazh kemend-all, jamais autant ! (C’est incroyable !).

Alors, ça, ça me fait rigoler tant que tant et c’est pas un peu que c’est !

« Celui-ci s’est un, ‘vat ! Un quoi ? »

Pas besoin de préciser, comme dans l’expression bretonne traduite ici mot-à-mot :

hemañ a zo unan, ‘vat ! c’est donc un drôle de numéro, de coco. Messieurs, rassurez-vous,

il existe aussi un équivalent féminin « Celle-ci, c’est une ! », ou encore, « Tu parles d’une,

alors ! ». On peut ainsi s’adresser à notre interlocuteur à la troisième personne en

employant, toujours comme en breton, le pronom démonstratif à la place du

pronom personnel, sans que cela soit péjoratif.

« Mon pull neuf est allé à l’eau, qu’est-ce que je vais faire de lui, mai’nant ? »

Se lamentait une maman en constatant que le pull nouvellement acheté avait rétréci

au premier lavage. Non, il n’a pas été emporté par le courant comme on pourrait le

supposer. Traduction littérale de va sae-stamn nevez zo aet gant an dour (Mon pull

neuf est allé à l’eau). Tout comme la deuxième partie est la traduction de petra a rinh

dioutañ bremañ. En français standard, on préférera « Qu’est-ce que je vais en faire à présent ? »

« Ce n’est pas la mort de mille hommes »

Dit-on souvent en copiant l’expression bretonne : n’eo ket marv mil den. Pourtant,

en français central, un seul homme suffit pour exprimer la même chose : « Il n’y a pas

mort d’homme ». Pour une fois, les bretons, pourtant fervents adeptes d’euphémismes

ou de litotes, sont pris ici en défaut d’exagération. N’eo ket strik ! (Ce n’est pas grave !).

Il n’y a pas de quoi fouetter un chat, autre sens de cette expression.

« T’es plus avancé maintenant ! »

Cette traduction littérale avansetoc’h out bremañ, le plus souvent employée ironiquement, signifie avoir

fait quelque chose de parfaitement inutile, voire à l’encontre de ses propres intérêts. « Tu as vendu ta maison

pour que dalle, te voilà plus avancé maintenant. » ou « Tu es tombé parce que tu as voulu courir trop vite !

T’es avancé, vat ! ». En français, « être plus avancé » s’emploie habituellement dans le sens de « être plus

développé » : « L’industrie spatiale américaine est plus avancée que celle de la Russie. », sañset (parait-il !).

« Tais-toi donc ! »

Formule utilisée pour solliciter l’attention de l’interlocuteur ou approuver ce qu’il vient

de dire. Emploi bizarre, que l’on retrouve aussi en breton : Re peoc’h din’ta ou Chom sioul’ta !.

N’hésitez pas à continuer la conversation même si l’on vous dit « Tais-toi, don’ !« , comme dans

cet exemple à propos de la couleur du temps, thème idéal pour engager une conversation :

« Qu’est-ce qu’il fait chaud aujourd’hui, hein ? – Oh ! Tais-toi donc, ma pauvre ! Je ne sais

plus où me mettre que c’est !« 

« J’ai avalé son nom »

Alors qu’ailleurs le nom que l’on cherche est au bout de la langue, nous n’hésitons

pas à l’avaler carrément, comme en breton : lonket em eus e any. Nous avalons

aussi la commission quand on la « mange » ailleurs, ou « on bouffe la consigne »

en français familier. C’est la traduction du verbe lonkañ : avalaer, absorber,

engloutir, mais du coup nous lui donnons le sens figuré « d’oublier » alors

qu’en français d’école, « avaler » correspond, toujours au figuré, à « croire,

admettre ».

« Vous allez arrêter à la fin »

S’écria de sa fenêtre cette brave dame excédée par le bruit des enfants jouant dans la rue.

Elle ne pouvait même pas suivre « Question pour un Champion » à la télé, c’est dire le reuz

(bruit) qu’ils faisaient ! Confusion dans la traduction de a-benn ar fin (à la fin) qui a valeur

d’enfin. Ce « enfin » a aussi un emploi très particulier, chez nous, difficile à traduire en

« bon français ». Comme dans « Pourquoi tu as fait ça, enfin ! » ou « Enfin : T’es pas bien

dans ta tête ou quoi ? ». Notre « enfin », à nous, marque une incompréhension teintée

de réprobation.

« Caféter »

Verbe construit selon la règle bretonne déjà abordée qui veut dire : prendre le café entre amies,

à l’occasion du fameux « 4 heures » de préférence. Mais s’y ajoute une autre activité incontournable,

version moderne des marvailhoù ar poull (radio-lavoir) : flaper, glabousser, klakenner ou

konchenner (commérer en taillant quelques costards sur mesure). On invite à un Kafe bras,

soit un grand café, les voisins et amis à l’occasion de voeux, naissance, mariage, etc…

Le café bras (grand) est servi dans de petites tasses, et le café bihan (petit), celui de

tous les jours, dans de grands bols. Iskiz eo ! (C’est bizarre !).

« Le ballon est logé »

Combien de fois n’ai-je pas entendu cette expression dans la cour de l’école pour dire que le ballon

était bloqué, perché ou inaccessible dans un arbre ou une gouttière. En français, le sens le plus

proche de cet emploi local du verbe « loger » est « faire entrer, faire pénétrer, mettre » mais, là, il

est toujours suivi d’un complément de lieu : Il a logé la balle dans les filets du gardien de but

ou la balle s’est logée dans son crâne. Á Douarnenez, on a « logé » quand on a fait une

bonne pêche.

« Il sait tourner sa crêpe »

Traduction d’une expression (gouzout a ra treiñ e grampouezhenn). Donc, il sait manœuvrer

et, en particulier, orienter en sa faveur une conversation mal engagée. Il réussit, aussi, à

changer d’avis subtilement au cours d’une discussion, grâce à ses talents oratoires, presque

sans que son interlocuteur s’en aperçoive. Cette expression mériterait, elle aussi, de figurer

dans les recueils français. Á ne pas confondre avec l’expression française « (se) retourner

comme une crêpe » : (faire) changer d’avis comme de chemise, changer de côté à sa veste

au milieu de tout (soudainement).

« Celui-là, il sait de lui »

Formulation bien mystérieuse au premier abord. Il faut passer par le breton pour

en comprendre le sens. Savoir de (gouzout diouzh), c’est connaître le fonctionnement

de quelque chose, voire de quelqu’un. Ainsi, « Ce portail, il faut savoir de lui » prévient

que la fermeture ou l’ouverture n’est pas aisée pour les non initiés. Voici une phrase

assassine pour remettre à sa place un chauffeur audacieux mais inexpérimenté :

« Comment il saurait de sa voiture, ce beg-melen (bec-jaune qui vire au blanc traduit

en français), il ne sait même pas de sa brouette !« 

« On a toujours payé après nous ! »

Assurait fièrement cette mère de famille. Pourtant, en français standard, cette phrase peut-être

interprétée ainsi : « On laisse des dettes un peu partout et quelqu’un passe payer après notre

passage« . Alors que nous avons affaire ici à une bretonne honnête (pléonasme !), scrupuleuse,

toujours prête à payer ses dettes après elle et même parfois avant qu’on ne lui présente la facture.

Nous faisons aussi un emploi assez large de ce « après » dans « Il est toujours après moi »

dans le sens de : « Il est toujours sur mon dos« .

« Va revr gant al laboused bihan ! »

Cette sublime expression est encore employée dans sa version originale quant on est à

bout d’arguments ou que l’on ne comprend pas une démonstration, comme compter

les oiseaux en français, par exemple. Pas simple pour un bretonnant : un n’oiseau,

très bien, deux n’oiseaux – mais non deux z’oiseaux, trois z’oiseaux, très bien, allez

on continue : quatre z’oiseaux – non, quatre t’oiseaux, donc cinq t’oiseaux alors,

mais non, enfin ! cinq k’oiseaux. Arrivé à sept, découragé devant tant d’illogisme,

un écolier lança un jour à l’instit un sonore et définitif « Va revr (rêr) gant al laboused bihan,

me zo’vont d’ar gêr ! » (mon c.. avec les petits oiseaux, moi je vais à la maison !).

« Mais, celui-ci n’est pas bien ! »

S’il s’agit de la santé physique, on dirait plutôt en français : « Celui-ci ne va pas bien » ou

« Il n’est pas bien portant » en plus académique. Mais il s’agit, ici, de la santé morale ou

mentale, vous l’aviez deviné. La traduction littérale « hemañ n’eo ket mat gant e benn ! »

vous donne un savoureux « Celui-ci n’est pas bien avec sa tête ! ». Donc, il joue avec

sa coiffe. Ce qui ne peut se faire qu’en Bretagne, bien entendu, même s’il s’agit d’un

homme. Ailleurs, on travaille du chapeau !(plus récent : « fêlé de la mansarde! »)

« Toi t’es venu aussi ! »

En plus de l’emploi sympathique du verbe venir, l’emploi de « aussi » (ivez) ajoute une certaine

connivence : « Je suis bien content de te voir ici ». Terminer une phrase par « aussi », c’est également

un prétexte pour engager une conversation, d’essayer de lier connaissance. « Vous savez le breton

aussi ? », sous-entendu « tout comme moi », est une phrase de reconnaissance entre personnes

sachant le breton et ayant plaisir à le pratiquer.

« Toi, tu dois savoir, au moins ! »

Comprendre : tu ne me feras pas croire que tu n’es pas au courant !  « Celui-ci, il est content,

au moins. » signifie « Il est très content. ». « Tu n’as pas été longtemps à faire ton tour au bourg,

au moins. » pour exprimer « Tu n’as pas été très long. ». « Celui-là, il aime bien parler breton, au

moins. » Donc, il aime beaucoup parler notre langue. Traduction du breton « da vihanañ« , sorte

de superlatif ou encore locution dite « d’évidence », placée en fin de phrase et n’admettant pas

de réponse négative.

« Du breton de cuisine »

Plusieurs mots bretons du domaine culinaire, employés tel quels ou francisés,

restent bien vivants dans notre français local. Pour beaucoup d’entre nous, ils

gardent le parfum exquis de l’enfance. certains sont archi-connus comme

kig-ha-farz (viande et far) ou kouign-amann (gâteau au beurre). Évoquons

les pommes de terre, appelées plus souvent « patates » chez nous, mot

péjoratif en français : elles peuvent être disec’h (desséchées), kriennet

ou krigennet (gratinées). Le krign colle au fond de la casserole, c’est un

teuzar (délice) pour les lipous (gourmets).

« C’est la moitié trop cher ! »

Nous avons déjà vu que la « moitié plus » (an hanter muioc’h) correspond à deux fois plus en

français. En effet, si vous partez du chiffre 10 et que vous annoncez : « Non, il y a la moitié plus.« ,

le résultat donnera vingt pour un breton et quinze pour un français. Dans l’autre sens

« La motié moins. », on tombe toutefois d’accord sur le chiffre cinq. Mais si vous entendez :

« C’est la moitié trop cher. » (an hanter re ger eo), ne cherchez pas à diviser le prix par

deux, car il faut comprendre : « C’est beaucoup trop cher !« 

« Fiskal ! »

Ne partez pas en courant, cela n’a pas grand-chose à voir avec les impôts. Car si ces derniers relèvent

de la fiscalité, les contribuables, eux, peinent à trouver ça « fiskal« . Spécialité du breton vannetais,

parlé en pays de Pontivy (56), « fiskal » est une expression qui signifie « génial », « excellent » ou « super ».

Un bretonnisme local repéré par Hervé Lossec, qui publiera un second tome sur ces particularités

langagières en novembre 2011.

« Tout le monde a son billet dans le derrière, là-bas ? »

s’inquiétait un chauffeur de car en s’adressant de son poste de conduite, aux passagers

assis à l’arrière de son véhicule. Ainsi rassuré, il pouvait fermer la portière et démarrer

son véhicule. Il confondait simplement arrière et derrière a-dreñv qui ont quasiment

le même sens en breton.

«Arrière-derrière(suite)»

Les voyageurs se pressaient devant la portière avant du car, ne sachant pas qu’à l’arrière

une porte latérale équipait maintenant ce véhicule tout neuf. Notre aimable chauffeur

proposa tout de go : « Attendez, je vais ouvrir mon derrière, comme ça ce sera plus facile

à rentrer dedans. » Personne ne s’est offusqué. Phrase copiée sur le breton montrant la

confusion fréquente entre arrière et derrière tout comme l’emploi particulier du possessif.

«Tapez dedans ! »

Vous dit la maîtresse de maison en apportant le plat sur la table. Il faut comprendre :

servez-vous largement ! dans le jargon sportif, ce sera : produire un effort ; et dans le

domaine mécanique ; tirer sur un moteur, l’amener à son maximum; en breton, on

peut dire ainsi skoit-e-barzh (tapez dedans !) ou sachit ganeoc’h (tirez avec vous !), pour souhaiter bon appétit.

« Vous êtes en même temps ? »

… demanda la vendeuse à deux clientes qui papotaient en attendant leur tour. Elle voulait dire

« Vous êtes ensemble ?« , bien sûr. « En même temps » peut également prendre le sens de « ce n’est

pas étonnant car… » Comme dans les phrases suivantes : « Il est mort jeune ! En même temps, il ne

refusait jamais un coup à boire. » Ou encore : « Elle a souvent mal à la gorge, en même temps elle

n’allume jamais son chauffage.« 

« Spontus »

Cet adjectif est très employé en breton, seul ou pour renforcer un autre adjectif. Il veut dire tout à

la fois et suivant le contexte, effrayant, terrible, épouvantable, formidable, extraordinaire, merveilleux.

On comprend donc pourquoi cet élève préfère ce néologisme magnifique dans sa rédaction : « A Brest,

les rues sont spontusement décorées à l’époque de Noël« . Bien plus expressif que somptueusement, sans aucun doute.

« Celui-là, il est toujours à randoner du matin au soir »

Ce n’est pas un marcheur impénitent, un adepte de la randonnée ou de la marche nordique, mais un radoteur, un discoureur ennuyeux, un randoneur donc, avec un seul n. Mot construit à partir du verbe randoniñ) du même sens. Il y a parfois des randonneurs qui sont randoneurs. Qu’est-ce qu’il est rengaine dira-t-on alors, en utilisant bizarrement ce mot français comme adjectif. Le Grand Larousse et le Petit Robert n’avaient pas prévu cela.

« Kenavo ! »

Sans doute le mot breton le plus connu et couramment employé en français. Ken a vo ou (Ken a vezo en

version longue) se traduit mot à mot, par « jusque ce sera », sous-entendu « jusqu’à ce qu’il y ait une prochaine ».

L’adverbe Kenavo est employé aujourd’hui dans le sens de « au revoir ». Kenavo donc aux fidèles lecteurs de

cette rubrique d’été. Du goût, on a eu ensemble, et du goût vous en aurez encore, une ventrée (ur c’hovad)

de plaisir (plijadur) en lisant le tome 2 des Bretonnismes dès novembre prochain. Kenavo et trugarez

deoc’h (merci à vous) !

J’ai souligné ceux que j’ai entendu petite et que je pratique parfois, même si

je sais que ce n’est pas du français orthodoxe….

MUMU’S 52 Balade en Pen Ar Bed


Essais ci-dessus avec le Logiciel « The GIMP », ce n’est qu’un début…Vue aérienne de
Beg Meil et en coin la plage de dunes et le Sémaphore…

RÉSULTAT :

Je me vois mal RENONCER à ces balades de fin de semaine, en route vers Pen Ar Bed,

(pointe du Finistère, se traduit en breton par « Bout du Monde »)  bénie et arrosée

par les embruns, avec comme seul bruit le chant des MOUETTES amoureuses, leur tête entourée

de noir. Hors de question pour moi de rester affalée sur le sable, les LUNETTES noires  pour me

cacher de Dieu sait qui, et un chapeau de soleil façon sombrero mexicain. J’AIME  plutôt crapahuter

sur les rochers qui entourent le sémaphore de Beg Meil,marcher sur le sentier des dunes, mes 

ORTEILS tamisant le sable à chacun de mes pas. Au loin le  PHARE des Glénans nous fait signe à

travers la brume du soleil levant, pendant que les lapins font sur la pelouse une ronde savamment

orchestrée. Pour arriver à notre sentier, une route magnifique bordée de rhododendrons aux mille

couleurs nous fait une sorte de haie d’honneur. Le matin la messe a un certain cachet, nos

chants accompagnés par le vieux curé qui pédale sur son harmonium datant au moins de

Mathusalem ….

Cette pause salutaire nous permet de RÉFLÉCHIR sur notre vie agitée.  Après sur le parvis de

l’église, étape obligée : le marché avec ses produits locaux :

-sucrés : caramalo (caramel au beurre salé en pot à tartiner), lichouzic (galettes aux pépites de

chocolat et beurre salé), baramel  breizh (pain d’épice breton au miel) , salidou (caramel au beurre

salé)

– salé : andouillettes, andouillons incrustés de lardons(plus petits pour l’apéro), andouille de

Guéméné sur Scorff qui n’est pas bien loin…Voilà de quoi nous rendre le SOURIRE après

notre semaine survoltée où tous courent après leur ombre en se croyant productifs….

.

%d blogueurs aiment cette page :